Module de Formation

Partie III – Mesures concrètes et orientations futures

Partie III – Mesures concrètes et orientations futures

 

Plus de 10 millions de Roms vivent en Europe, et l’Union européenne dispose d’un certain nombre d’instruments juridiques qui respectent leurs droits. L’un des plus importants est la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, qui interdit toute forme de discrimination fondée sur des motifs tels que la race, la couleur, l’origine ethnique ou sociale et l’orientation sexuelle (article 21). Les articles sur la liberté et la solidarité comprennent le droit à l’éducation (article 14), ainsi que l’accès aux soins de santé (article 35). La Charte impose également une l’obligation d’assurer “une vie digne à tous ceux qui ne disposent pas de ressources suffisantes” (article 34). Cette directive est juridiquement contraignante pour tous les États membres de l’UE et les oblige à adopter une loi nationale qui inclut ses dispositions. La directive 2000/43 / CE protège les Roms contre toute discrimination fondée sur l’origine ethnique dans le domaine de l’emploi, de la protection et de la sécurité sociales, des avantages sociaux, de l’éducation et de l’accès à la fourniture de biens et de services. La directive exige des États membres qu’ils mettent en place des organismes pour la promotion de l’égalité de traitement, qui peuvent traiter les plaintes individuelles de discrimination pour les motifs énoncés dans la directive. En outre, aucun droit n’existe séparément, mais doit plutôt être considéré en relation avec d’autres droits et règles. Par exemple, les Roms, comme les autres citoyens de l’UE, ont le droit de circuler librement (directive 2004/38) et le droit de résider dans n’importe quel État membre de l’UE sans aucune condition, pour une période maximale de trois mois. Après cette période, ils doivent prouver qu’ils ont un emploi ou des ressources suffisantes pour subvenir à leurs besoins (articles 6 et 7). S’ils ne peuvent pas le prouver, ils peuvent être considérés comme “une charge excessive pour le système d’assistance sociale” (article 14). Cela peut entraîner la perte du droit de séjour ainsi que du droit à toute prestation sociale. Or, la plupart du temps, ce sont les personnes les plus pauvres de la société qui sont concernées. En vertu de la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales du Conseil de l’Europe, les États sont également tenus d’adopter des politiques spécifiques pour la protection explicite des minorités et la création de conditions permettant le développement de leur culture. Il s’agit du premier document juridiquement contraignant consacré à la protection des droits des minorités. En plus des droits individuels, il existe des droits qui reconnaissent et protègent explicitement des communautés spécifiques. Il s’agit de communautés dont la population est moins nombreuse que le reste de la population d’un État donné, qui sont des ressortissants de cet État et qui présentent des caractéristiques ethniques, linguistiques ou culturelles différentes de celles de cette population (définition de l’ONU). Un autre instrument important sur la diversité culturelle au niveau européen est la Déclaration universelle sur la diversité culturelle adoptée en 2001. Ce document international stipule la préservation et la promotion de la diversité culturelle et du dialogue interculturel. Dans ce sens, à l’heure actuelle, les Roms peuvent apprendre dans leur langue maternelle dans les écoles s’ils le demandent, et ils peuvent apprendre la langue romani à l’université au niveau européen. Voici quelques universités importantes en Europe où la langue romani peut être étudiée par les personnes intéressées : INALCO Paris (Institut national des langues et civilisations orientales), CEU (Central European University) Budapest, Université de Bucarest, Faculté des langues et littératures étrangères, Département de langue et littérature roumaines. Ils ont mis en place des mesures positives pour les étudiants roms dans les universités et les écoles secondaires de Roumanie. Les Roms ont également le droit d’exprimer leur identité culturelle dans le processus éducatif, l’art, la littérature, les médias et les institutions culturelles représentatives (musées, théâtres et instituts de recherche). En outre, ils bénéficient d’une représentation politique dans les pays où ils vivent, tant au niveau central que local, ainsi qu’au niveau européen. Ils ont le droit de former des partis politiques ou des associations non gouvernementales pour protéger leurs droits civils.

Bien que la promotion et le respect des droits de cette minorité soient devenus une politique importante au niveau européen, les Roms continuent d’être victimes de violences physiques, d’exclusion sociale et culturelle et de discrimination en Europe. La plupart du temps, les droits des Roms ne sont pas connus d’abord par eux-mêmes, mais aussi par les institutions compétentes et par la société dans son ensemble. Par conséquent, les Roms n’ont malheureusement pas accès à ces droits, qui restent donc inactifs. Par ailleurs, l’importance et l’utilité d’un programme de tutorat qui aide les Roms à connaître et à revendiquer leurs droits ne cessent de croître.

Malheureusement, le mentorat, au niveau des pays européens, n’est pas considéré comme une mesure concrète qui peut améliorer les relations entre les communautés roms et les différentes institutions, organisations ou la société dans son ensemble. Tout d’abord, les autorités publiques dans les zones ayant unnombre élevé de Roms, ou dans les régions peuplées d’immigrants roms, ne considèrent pas le mentorat comme une solution et ne valorisent pas les avantages que les programmes de mentorat peuvent apporter : créer de meilleures relations avec les gens, se rapprocher d’eux et mieux comprendre leur façon de penser et leur mode de vie. Les personnes encadrées se sentent valorisées et importantes pour elles-mêmes, pour la communauté et pour la société. Les personnes encadrées peuvent atteindre une stabilité économique et sociale, et acquérir des compétences de vie grâce à l’apprentissage. Cela les aide à prendre confiance en eux et contribue de manière significative à la formation de leur caractère. En outre, un programme de tutorat bien structuré peut avoir des objectifs, des activités et un calendrier clairs pour une période donnée. période de temps qui peut simplifier considérablement les relations entre la communauté rom et les autorités, les institutions, les associations et la société. En outre, un programme de tutorat peut mettre en valeur l’identité et la spécificité culturelle des Roms, ce qui peut contribuer au développement personnel des individus et des groupes auxquels ils appartiennent, ainsi qu’au développement et à l’enrichissement des sociétés avec lesquelles ils interagissent, par l’influence mutuelle et l’échange des aspects positifs d’une culture à l’autre.

Ainsi, notre proposition est que de tels programmes de tutorat contenant les éléments ci- dessus soient adoptés en tant que politiques publiques et mis en œuvre de manière cohérente, en particulier dans les zones peuplées de Roms, à la fois dans les pays où ils ont vécu pendant des générations, et où ils vivent actuellement en raison de l’émigration récente.

Une autre étape qui manque, ou qui n’est pas entièrement en place, est celle des mesures positives pour les Roms, qui réduiraient le fossé historique résultant des persécutions historiques, principalement l’holocauste des Roms et l’esclavage des Roms en Roumanie, ainsi que des politiques générales et des tendances à marginaliser et à discriminer les Roms.

Les mesures positives les plus importantes en faveur des Roms sont les suivantes :

  • Prévoyez des places spéciales pour eux dans le système éducatif, au lycée ou à l’université ;
  • Mettre en place des bourses d’études supplémentaires pour les élèves et étudiants roms ;
  • Soutenir la mise en place d’un représentant des Roms, ou d’un parti politique représentant les intérêts des Roms, au niveau local (Conseil local) et au niveau central (Parlement) ;
  • Faciliter l’intégration des Roms sur le marché du travail ;
  • Simplifier le processus d’obtention de documents de base auprès des autorités, tels que les documents d’identité ou les titres de propriété ;
  • Fournir des services de santé équitables aux personnes à faible revenu ou sans revenu ;
  • Faciliter l’acquisition d’un logement, notamment dans le cas des familles élargies ;
  • Accorder le droit d’apprendre dans leur langue maternelle, le romani ;
  • Développer des programmes culturels pour encourager les productions culturelles roms, dans le théâtre, la littérature, la musique, les beaux-arts et l’inclusion des Roms dans les institutions culturelles (musées, théâtres, instituts de recherche, ), et les médias culturels.

Ces mesures devraient être poursuivies et consolidées là où elles existent déjà, par exemple en Roumanie, et être introduites et mises en œuvre là où elles n’existent pas et où le besoin est grand, comme en Bulgarie.

 

Une autre question préoccupante qui influence directement la relation entre les Roms (individu et groupe) et les autorités publiques, les institutions, les associations et la société dans son ensemble, est la discrimination, ou plutôt le manque de mesures concrètes et efficaces pour la combattre. Voici un exemple concret à cet égard, tiré de l’expérience des programmes éducatifs du REF Roumanie, dans lequel une étudiante rom n’a pas été traitée correctement lors de la phase d’admission au collège. On ne lui a pas donné tous les détails concernant l’occupation d’une place spéciale pour les étudiants roms, plus précisément quelles sont les étapes et ce qui doit être fait étape par étape. Par conséquent, elle n’a pas pu obtenir cette place, et elle n’a reçu aucune explication sur les raisons pour lesquelles elle n’a pas été admise ou sur ce qu’elle pouvait faire ensuite. La situation ne s’est améliorée qu’avec l’intervention d’un professeur rom de la faculté qui a accompagné l’étudiante pour discuter de son cas. Ainsi, elle seule n’a pas pu obtenir toutes les informations nécessaires, et on ne lui a pas donné tous les détails sur son cas particulier. Plus important encore, aucune solution ne lui a été apportée. Enfin, cet exemple souligne l’importance d’un mentor pour arbitrer de tels cas problématiques qui nécessitent l’intervention et l’aide supplémentaire d’une personne qui représente les intérêts de la personne concernée.

Les cas de discrimination sont multiples et se rencontrent dans tous les domaines : éducation, travail, interactions avec les autorités publiques, les institutions publiques ou privées, les médias, les relations au niveau des communautés mixtes, la rue, les transports publics, les magasins ou les lieux publics. L’accent est mis sur les cas de discrimination de la part d’institutions ou d’entreprises privées, qui semblent être plus nombreux que les autres.

nombreuses, virulentes et parfois même violentes, agressives et avec un impact accru sur l’estime de soi des Roms impliqués dans de telles situations. Des exemples peuvent être trouvés dans tous les pays européens, et voici trois expériences similaires tirées de réunions dans le cadre de notre projet, dans lesquelles l’accès de jeunes Roms à une piscine a été refusé pour des raisons ethniques. Cette situation a été rapportée en Allemagne, en Bulgarie et en Roumanie. Ainsi, sous la motivation que les lieux privés respectifs ont le droit de sélectionner leurs clients, les jeunes et les enfants respectifs n’ont pas été autorisés à entrer, selon le critère ethnique associé à la couleur de la peau.

Les médias et l’internet sont un autre domaine où la discrimination à l’égard des Roms se développe de manière inquiétante. Ainsi, les émissions de télévision, les journaux télévisés, les séries ou les programmes de divertissement, afin de bénéficier d’un taux d’audience et de profit, promeuvent différents stéréotypes sur les Roms qui portent atteinte à leur estime de soi et à leur vision globale de la communauté, de la culture et des valeurs roms. L’internet est également devenu un espace libre où les commentaires racistes peuvent difficilement être combattus, dénoncés ou sanctionnés. Il est donc proposé de créer des conseils locaux ou nationaux de lutte contre la discrimination, ou au moins des commissions au sein des institutions locales ou centrales, pour agir dans ce domaine. Les représentants de ces institutions ou commissions auraient la responsabilité de signaler les actes de discrimination, ou de soutenir la résolution des cas signalés au niveau individuel ou collectif, y compris par le biais de pétitions, en utilisant les documents et règlements nationaux et européens pour sanctionner les situations de discrimination.

En ce qui concerne le manque de spécificité culturelle et identitaire des Roms dans l’éducation, l’administration, les médias et la société en général (en dehors des performances artistiques qui promeuvent les stéréotypes et l’image exotique des Roms, le plus souvent associés à la danse et à la musique, ou, pire, à des stéréotypes négatifs non répertoriés ici), une manière possible de valoriser la culture et l’histoire des Roms, la langue romani, les symboles et caractéristiques spécifiques, serait d’organiser des cours de formation pour les représentants des institutions pertinentes travaillant avec les Roms, comme les travailleurs sociaux, les médiateurs scolaires, les médiateurs de santé, les directeurs d’école, les enseignants, les représentants des autorités publiques, etc.), pour une meilleure compréhension de la spécificité culturelle des Roms afin de améliorer leur capacité à entrer en relation et à interagir avec eux. En outre, dans les pays où la minorité rom est présente, afin de la respecter et de la valoriser réellement, il est nécessaire de prendre des mesures concrètes par lesquelles les éléments fondamentaux de la culture rom, tels que la langue, l’hymne, le drapeau, l’histoire, doivent se retrouver dans le programme scolaire national.

Pour conclure :

  • Environ 10 millions de Roms vivent en Europe ;
  • Au niveau de l’Union européenne, il existe un certain nombre d’instruments juridiques qui défendent leurs droits ;
  • Malheureusement, ces outils ne sont pas pleinement connus ou appliqués, ni par les Roms ni par les institutions responsables ;
  • Ni les Roms ni la majorité de la population ne connaissent l’histoire des Roms ou les symboles culturels internationaux des Roms, car l’histoire des Roms n’est pas enseignée dans les écoles ;
  • Les Roms restent marginalisés, discriminés et non valorisés dans la société européenne

;

  • Ils restent un groupe vulnérable même s’ils sont reconnus comme une minorité nationale ;
  • L’existence de programmes de tutorat qui facilitent la compréhension et la communication des communautés roms peut conduire à une amélioration significative des situations problématiques auxquelles les Roms sont confrontés dans différentes régions d’Europe ;
  • Les avantages d’un programme de mentorat sont notamment la valorisation de la culture rom et l’amélioration de la qualité de

l’échange interculturel, en facilitant le transfert des aspects positifs d’une culture à l’autre.