Programme de Formation

OBJECTIFS :
– Clarification conceptuelle du programme de mentorat ;
– Connaissance de l’histoire et de la culture des Roms et de leur approche du mentorat ; inclusion des Roms ;

Horaire
10:00-11:45

Agenda du formation

Jour 1-Jour 4

Jour 1

Profil du mentor

  • Apprenez à connaître les participants ;
  • Pourquoi avons-nous besoin d’un programme de mentorat ? – Présentation d’une vidéo éducative et débat
  • Présentation du profil du mentor – brainstorming et présentation ;

1 Activité : Apprendre à se connaître

Méthode : D’abord je me présenterai et je présenterai Cristina puis nous utiliserons les livres Dixit pour la présentation de chaque participant. Chaque participant prendra une carte Dixit et, par son internement, dira qui il est, ce qu’il traite, ce qu’il est là. Il pourra même dire en quoi ce livre ressemble à l’histoire de sa vie. Ce qui l’a poussé à choisir ce livre, et quel lien il y a entre l’image et son histoire.

Moyens : Cartes Dixit.

Durée : Cette activité durera en fonction du nombre de participants. La présentation des formateurs prendra environ 5 minutes. Et pour le jeu de Dixit, chaque participant aura 2-3 minutes pour se présenter. Ne sachant pas combien de participants il y a pour le moment, j’estime la durée à 35 minutes.

2 Activité : Pourquoi avons-nous besoin d’un programme de mentorat ?

Méthode : Nous présenterons aux participants la vidéo du site . youtube https://www.youtube.com/watch?v=eHViCwhVQnc, sur l’éducation, qui dure 5 minutes, et ensuite nous créerons un débat sur le film extrapoland avec des exemples de telles situations dans le domaine d’intervention des participants de telles situations. Pour les conclusions, nous créerons une diapositive avec les besoins d’un programme de mentorat/médiation.

Moyens : film youtube, ordinateur portable, vidéoprojecteur.

Durée : environ 35 minutes

3 Activité : Présentation du profil du mentor

Méthode : Brainstorming et présentation. Chaque participant écrira sur une affiche ce que sont

les qualités, les aptitudes, les compétences d’un mentor dans son acceptation et ce qu’il doit faire. Les participants auront 3 minutes pour écrire ces choses, après quoi nous les collerons sur un panneau et ensuite nous discuterons de ce que nous avons écrit et pourquoi. A la fin, nous présenterons un power point avec des conclusions sur le profil du mentor.

Moyens : autocollants, stylos, ordinateur portable, vidéoprojecteur.

Durée : Pour la première phase, celle avec les postes, nous avons besoin de 5 minutes, ensuite nous débattrons 15 minutes sur le profil et à la fin nous présenterons quelques diapositives avec des conclusions pour établir les caractéristiques d’un bon mentor. – 35 min au total

12:00 -13:45

Qui peut être un mentor – domaines d’intérêt ?

-Le mentor comme image ;

-Le mentorat en tant que processus ;

  • La structure d’un programme de mentorat – présentation + débat ;
  • Exemples de bonnes pratiques issues de notre expérience en matière d’éducation – Présentation et débat ;
  • Exemples d’autres domaines de la part des participants (assistance sociale,logement, administration publique, religion, intégration sur le marché du travail, etc.)

Activité 4 : Le mentor en tant qu’image

Méthode : Débat et présentation. Nous commencerons par demander aux participants d’écrire sur les autocollants qui était leur modèle quand ils étaient enfants et s’ils ont encore des personnes qu’ils admirent. Nous collerons les autocollants sur un panneau. Puis nous discuterons si ces personnes étaient connues ou non, et pourquoi ils les admiraient. En outre, nous présenterons des personnalités publiques issues de divers domaines (musique, sport, théâtre, littérature, cinéma, entrepreneurs, enseignants, militants des droits de l’homme) qui peuvent être des mentors / modèles pour nous sans les connaître personnellement et sans qu’ils le proposent consciemment.

Moyens : Jeûnes et power point avec des personnages, vidéoprojecteur portable.

Durée : Les participants auront 5 minutes pour écrire leurs personnages préférés, puis nous discuterons et débattrons. Un total de 20 minutes.

Activité 5 : Le mentorat en tant que processus

Méthode : Débat et présentation. Au début, nous présenterons un schéma contenant un programme de tutorat en tant que processus. Ensuite, nous présenterons brièvement (quelques diapositives) les programmes de mentoring Ref avec leurs résultats et avantages – des exemples de bonnes pratiques du mentoring en tant que processus. Après cette présentation, nous diviserons les participants en équipes pour qu’ils donnent des exemples de bonnes pratiques de médiation et de mentoring dans leurs domaines. Chaque équipe aura 15 minutes pour consulter et présenter deux exemples provenant de 2 domaines différents. Ensuite, chaque équipe présentera ses exemples aux autres participants pendant 5-7 minutes. A la fin de l’activité, nous rédigerons ensemble une description du travail d’un mentor / médiateur avec des caractéristiques générales. En considérant la durée d’un programme de mentorat, ses objectifs, etc.

Moyens : power points avec la présentation des programmes de mentorat de réf et du schéma de mentorat. Feuilles de flipchard sur lesquelles les participants présentent leurs programmes réussis. Feuillets sur lesquels est rédigée une description générale du travail du mentor/médiateur.

Durée : 85 minutes. Il s’agit d’une activité plus longue dans laquelle nous allons clarifier ce programme de médiation/mentorat.

Horaire
9:00-10:45

Jour 2

Expérimentons ensemble – Activités pour mettre en pratique les compétences du mentor – Situations concrètes sur le terrain – Théâtre forum

Session 1 – Faisons des expériences ensemble – 1h 45 (105 min)

Activité 1 : Méthode du théâtre forum : Nous réaliserons une activité de théâtre forum pour mettre en pratique les pratiques de mentorat dans des situations concrètes de terrain. L’activité de théâtre forum s’inspirera des situations concrètes de terrain rencontrées par les participants.

Moyens : Nous réaliserons des cartes avec les personnages d’une pièce de théâtre du forum et des diapositives avec des explications. Temps : Cette session sera entièrement consacrée à cette activité car les participants ont besoin de temps pour préparer la pièce. S’ils sont plus nombreux, nous aurons même deux pièces. Ensuite, ils joueront la chanson. Le morceau n’aura pas plus de 15 minutes. Puis nous ferons la partie intervention et relecture. A la fin, nous aurons un petit débat et des conclusions sur la partie théorie et pratique dans l’activité de mentorat afin de faire la transition vers l’activité suivante.

Horaire
11:00-12:45

Histoire des Roms L’origine des Roms (présentation de l’itinéraire de la migration des Roms) ;

  • Pourquoi Rom et non Gypsy
  • L’esclavage des Roms dans les principautés roumaines (présentation de documents d’archives + débat ;
  • Holocauste des Roms (témoignages de survivants + débat) ;
  • Les conséquences de l’histoire sur l’identité des Roms et sur leurs relations avec les autres – discrimination, exclusion, marginalisation – exemples et débat ;

Activité 1 : Pourquoi il est important pour un mentor de connaître la culture et l’histoire des Roms. Ce qu’un mentor doit savoir dans son travail pour l’intégration des Roms

Méthode : Présentation et débat. Les participants écriront dans le post pourquoi ils pensent que nous devons connaître l’histoire et la culture des Roms lorsque nous travaillons avec eux. les communautés, qu’elles soient vulnérables ou non. Et ce qu’ils pensent avoir besoin de savoir exactement. Et puis nous allons en débattre ensemble. Pour les conclusions, nous présenterons quelques diapositives avec quelques points pour lesquels il est souhaitable de connaître la culture et l’histoire de ceux avec qui nous travaillons si nous voulons être leur soutien. Et ce que nous allons savoir exactement dans les activités suivantes.

Moyens : Autocollants et power point.

Durée : 15 minutes

Activité 2 : Pourquoi les Roms et pas les gitans

Méthode : Choix forcé. Les participants seront divisés en deux groupes et chaque groupe devra argumenter le mot qu’il aura à défendre. Rom ou gitan. A la fin, nous tirerons ensemble des conclusions. Je vais préparer une diapositive avec la signification de ces deux mots.

Moyens : Power point avec la signification des deux mots et leurs implications.

Durée : 20 minutes.

Activité 3 : Les origines des Roms

Méthode : Débat et présentation. Nous présenterons un power point avec l’origine des Roms et leur itinéraire.

Moyens : Power point avec présentation.

Durée : 10 minutes. Il s’agira d’une courte activité de présentation destinée à permettre aux participants de se faire une idée de l’origine des Roms.

Activité 4 : L’esclavage des Roms en Roumanie

Méthode : Nous présenterons quelques documents d’archives concernant les mariages du

des esclaves et des ventes d’enfants, mais aussi des demandes de déshabillage. Les participants seront répartis en groupes et chaque groupe recevra un document d’archives à déchiffrer et à comprendre. Ensuite, chaque groupe présentera le contenu de son document. Pour conclure, nous leur présenterons un extrait de la législation de l’époque, de combien de sortes étaient les esclaves et les aspects de l’esclavage, y compris la libération. Enfin, nous conclurons ensemble les droits et obligations des esclaves de l’époque.

Moyens : Documents imprimés et power point de présentation avec la loi et les détails sur l’esclavage mais aussi avec les droits et obligations des esclaves et la libération.

Temps : Chaque groupe disposera de 10 minutes pour discuter du document et de 5 autres minutes pour le présenter. Et encore 15 minutes les discussions pour les discussions finales et la présentation. – 30 minutes

Activité 5 : L’Holocauste des Roms

Méthode : Étude de cas et présentation. Nous identifierons quelques participants volontaires qui recevront des études de cas avec plusieurs personnages roms déportés pendant l’Holocauste. Ils liront les témoignages devant les autres et ensuite nous discuterons de certaines données sur l’Holocauste au niveau européen.

Moyens : Études de cas avec témoignages de survivants. Présentation Power Point sur l’Holocauste.

Temps : 20 minutes au total.

Activité 6 : Les conséquences de l’histoire sur la culture des Roms et les relations interethniques

Méthode : Les participants seront divisés en deux groupes et chaque groupe devra identifier les conséquences actuelles des deux événements discutés, en donnant des exemples tirés de leur expérience. Moyens : Des feuilles de tableau de conférence, des marqueurs. Une diapositive PowerPoint avec les conclusions.

Temps : Chaque groupe aura 10 minutes pour identifier les conséquences et 5 minutes pour la présentation. Total 20 minutes. Nous allons en parler un peu plus.

Horaire
9:00-10:45

Jour 3

Culture rom

  • Les traditions et coutumes roms (philosophie de vie des Roms – dichotomie pur-impur) – exemples et situations concrètes de la vie quotidienne ;

La culture rom contemporaine

  • Symboles roms (hymne, drapeau, langue romani) – Présentation des expressions roms courantes ;
  • L’importance de surmonter les barrières linguistiques et culturelles dans le mentorat ;
  • Surmonter les barrières linguistiques et culturelles du mentorat ;
  • La littérature rom et ses thèmes importants ;

Personnalités roms / Héros roms (Personnalités de différents domaines qui ont réussi professionnellement malgré les difficultés qu’elles ont rencontrées) ;

Activité 1 : Les traditions roms : des barrières culturelles dans le mentorat ?

Activité 2 : Les symboles roms : des barrières culturelles dans le mentorat ?

Méthode : Jeu de rôle et présentation. Nous imaginerons une situation de la vie quotidienne qui implique l’importante dichotomie culturelle du pur Rome / impur. Nous identifierons des volontaires à qui nous enverrons, la veille, les rôles pour faire connaissance avec eux. Dans la première partie de l’activité, les volontaires présenteront le jeu de rôle qui durera environ 10 minutes, puis nous discuterons de cette importante dichotomie dans les communautés roms traditionnelles.

Moyens : Préparation de jeux de rôle. Présentation Power Point avec des éléments traditionnels roms.

Durée : 30 minutes.

Méthode : Présentation et travail en groupes. Nous allons présenter un autre élément important

de la culture rom, à savoir la langue romani. Je vais vous parler un peu de son origine, des dialectes, des nations roms. Je le ferai avec l’aide de participants qui connaissent ces aspects. Mais je vais aussi préparer quelques diapositives. Ensuite, je présenterai aux participants quelques expressions de salutations usuelles en langue romani. Pour faire un petit exercice pratique, les participants seront divisés en groupes et chaque groupe recevra une strophe de l’hymne pour la Yasser en romani. Pendant la présentation, nous traduisons les strophes telles quelles, même si elles ne sont pas bien agencées. Ensuite nous mettons le ppt avec le texte complet en romani et en anglais et nous écoutons l’hymne en romani. Dans la continuité de l’exercice, nous discuterons également du drapeau rom et de sa signification.

Signifie : Les strophes de l’hymne préparées pour être faites puzzle. Présentation Power Point sur la langue romani et les éléments de salutation habituels. L’hymne des Roms en romani et en anglais. Lien Youtube avec l’hymne des Roms à écouter. Power point sur la signification du drapeau.

Durée : 50 minutes.

Horaire
11:00-12:45

Personnalités roms / Héros roms (Personnalités de différents domaines qui ont réussi professionnellement malgré les difficultés qu’elles ont rencontrées) ;

Activité 3 : Personnalités roms :

Méthode : Jeu de rôle individuel “Gala des héros roms”. Chaque participant devra

reçoivent une carte avec le nom et quelques données sur le personnage et du matériel pour se déguiser. Les participants auront 10 minutes pour se déguiser et ensuite chaque participant sera invité devant pour recevoir le prix. Il fera un discours d’une minute maximum sur ses réalisations en tant que personnage et recevra un diplôme personnalisé avec des détails sur le personnage.

Moyens : Étude de cas avec personnages et diapositives avec explications du jeu. Des cartes, des diplômes et du matériel pour les costumes. Je vais essayer de préparer 20 personnages. Pour le costume j’ai besoin de papier crépon, de papier voilé, et tout ce qui est bienvenu.

Temps : Chaque personne aura 10 minutes pour décider comment jouer son personnage et se déguiser. Ensuite, interprétez chaque personnage pendant 1 minute chacun.

Horaire
9:00-10:45

Jour 4

Exercice d’évaluation des cours de formation

Activité 1 : Session d’évaluation

Méthode : Les participants seront répartis en groupes ou 1 à 1 selon le nombre de nouveaux arrivants. Les participants à la formation communiqueront à ceux qui ne l’étaient pas 3 nouvelles choses qu’ils ont découvertes pendant cette période. 3 choses utiles dans leur travail qu’ils ont découvertes pendant cette période. Et trois choses qu’ils vont changer dans leur travail à partir de maintenant compte tenu de ce qu’ils ont appris. Les nouveaux participants présenteront ensuite les choses apprises en jouant le rôle de leur collègue. A la fin, nous aurons une discussion au cours de laquelle nous tirerons quelques conclusions sur ce que nous ferons différemment à l’avenir, si nous le faisons. Chacun écrira sur les postures ses sentiments et ses idées, pensées avec lesquelles il rentrera chez lui.

Moyens : Autocollants

Temps : Chaque groupe aura 10 minutes pour partager les nouvelles. Ensuite, chaque nouveau participant aura 5 minutes pour présenter ce qu’il a découvert.

Histoire de l’Holocauste

A la fin du mois de septembre 1942, j’ai été embarqué dans un wagon de train. Après avoir voyagé pendant quelques heures, le train s’est arrêté. Quelqu’un a ouvert la porte avec fracas et un instant plus tard, j’ai entendu de grands cris : Raus ! Raus ! Raus ! J’étais l’un des premiers à sauter du train et l’officier SS m’a immédiatement frappé dans le ventre, la tête déserte. Après un moment, je me suis rendu compte qu’en plus des soldats allemands armés de fusils, il y avait aussi de nombreuses personnes étrangement habillées de vêtements rayés qui tenaient des bâtons de bois dans leurs mains. Après un moment de confusion générale, ces personnes (nous avons découvert plus tard qu’il s’agissait de prisonniers Kapos) nous ont alignés par rangées de 5 et nous sommes partis escortés par les officiers SS. Au bout de 5 minutes environ, il se tenait devant le portail portant l’inscription “Arbeit macht frei” et j’ai alors vu la clôture de barbelés…..

Je devais donner mon nom, ma date et mon lieu de naissance, ma profession, le nom de mes parents et le nom de jeune fille de ma mère. L’homme qui a noté tout cela m’a donné une carte portant le numéro 66485 et mon frère a reçu le numéro suivant, 66486. Puis le même homme nous a dit que nous étions des prisonniers du camp de concentration d’Aushcwitz.

battu le plus souvent parce que je n’arrivais pas à apprendre assez vite mon numéro de prisonnier en allemand.

Extrait du témoignage d’Edward Paczkowski, ancien prisonnier rom polonais numéro 66485, déporté à Auschwitz avant la construction du camp de tziganes

Après 4 ou peut-être même 5 jours de voyage, nous sommes arrivés à Auschwitz. La porte de notre wagon s’est soudainement ouverte. Devant nous, sur la rampe, se tenaient les officiers SS avec leurs armes prêtes à tirer. Mais ils les ont baissées lorsqu’ils ont vu des enfants devant eux. Après qu’ils aient enregistré notre nom et tatoué le numéro des camps sur notre bras, nous sommes allés au camp de tziganes de Birkenau. Tous les enfants amenés de Mulfingen sont restés ensemble dans le bloc 16 pendant les 14 jours suivants. Puis ils se sont séparés de nous. Les enfants de plus de 14 ans sont restés là et les plus jeunes ont été emmenés dans le bloc des enfants, appelé bloc des orphelins. Nous, les plus grands, on nous a mis à construire des routes. Aussi souvent que je le pouvais, je rendais visite à mes autres frères… Un jour, durant l’été 1944, le garde a tiré sur deux garçons roms du bloc des orphelins à proximité de la clôture de barbelés. Tout ce qu’ils voulaient faire, c’était de reprendre l’eau qu’ils avaient recueillie dans les tranchées près de la clôture. L’un des garçons est mort sur le coup, et l’autre a été grièvement blessé. Il a été porté dans tout le camp comme moyen d’intimidation. Aucun des garçons n’avait plus de 11 ou 12 ans.

Extrait du témoignage d’Amelie Schaich qui a été déportée à Auschwitz lorsqu’elle était enfant en mai 1943. Amelie est née dans une famille rom mais en 1938, à l’âge de 9 ans, elle est séparée de ses parents et placée dans un orphelinat avec ses frères. Ses parents ont été faits prisonniers dans un camp de concentration. Amélie est l’un des enfants étudiés par le Dr Robert Ritter et Eva Justin à l’Institut d’hygiène raciale.

Le 12 mars 1943, vers 4 heures du matin, la Gestapo nous a fait sortir de notre maison : mes parents, ma sœur Anni, mon frère Willi Karl Nous étions sur la route deux jours, deux nuits,

et finalement, nous sommes arrivés en train à Birkenau Les portes se sont ouvertes soudainement et nous avons dû

descendez. Toute la famille, nous avons été emmenés au bloc 28….. Le docteur Josef Mengele, physicien SS, m’a trouvé dans l’hôpital du camp et j’ai dû travailler pour lui comme messager.    I

était là quand Mengele cherchait deux jumeaux pour ses expériences. Je devais les lui amener et il leur a donné des numéros spéciaux. Je n’avais pas le droit d’être présent lorsqu’il faisait des expériences ; il m’envoyait toujours ailleurs. Pourtant, une fois, j’étais présent dans la pièce où Mengele faisait des expériences. J’ai vu comment il mettait des gouttes d’une sorte de liquide dans les yeux des enfants, après quoi ils commençaient à avoir les pupilles très dilatées. Quelques jours plus tard, j’ai vu les corps de ces enfants à la morgue.

Extrait du témoignage d’Helmut Clemens, ancien prisonnier rom à Auschwitz.

….. Je m’en souviens très précisément : J’étais en costume, je portais des chaussures blanches, un chapeau et une cravate. Nous avons dû entrer dans une sorte de pièce où ils nous ont tout enlevé. J’ai protesté, j’ai été immédiatement battu pour la première fois. Nous avons dû nous déshabiller, puis ils nous ont coupé les cheveux. J’étais dans le camp BIIe, le soi-disant camp des gitans”. Il y avait environ 500 personnes

dans la cabane. Il n’y avait pas de lits, juste des boîtes où je gisais enveloppé comme des harengs……

Soudain, nous avons dû nous référer au Kapo pour travailler à Buchenwald. On supposait qu’il y avait plus de nourriture là-bas. Ma mère a pleuré qu’on se sépare et m’a dit de prendre soin de moi. Je ne l’avais jamais vue avant. Elle a été gazée la nuit du 2 août, la nuit de la liquidation du camp.

Extrait du témoignage de Franz Rosenbach, né dans une famille rom sédentaire en Autriche, déporté à Auschwitz au printemps 1943

Monsieur le Ministre,

 

Le soldat soussigné, Constantin R. Gheorghe, du Centre de formation n° 5 Chitila Ctg. 1940, résidant à Alexandrie, département de Teleorman, avec des larmes dans les yeux vient vous demander ce qui suit. Étant mobilisé lorsque le pays a pris des mesures pour la colonisation des Roms en Transnistrie, ainsi que ma famille appartenant à la classe Rom, ils ont été ramassés et envoyés en Transnistrie. En rentrant chez moi lors d’une permission, j’ai trouvé la famille évacuée et la maison déserte, n’ayant rien pour dormir. La mère, la veuve de 1916, la femme et deux enfants, ainsi que quatre frères et une sœur ont été envoyés en Transnistrie. Ils ont été élevés de force.

Avec un profond respect, je viens vous demander de bien vouloir ordonner qu’on les ramène au village où ils possèdent des propriétés, car je ne peux plus rester seul sans eux, je demande un permis, afin de pouvoir aller les voir personnellement.

Dans l’espoir que vous approuverez ma juste requête, je vous prie de croire en mon profond respect.

 

Constantin Gheorghe Soldat rom de Roumanie dont la famille a été déportée en Transnistrie

 

 

 

 

L’équipe :

 

Lavinia Ciuta

 

Luiza Medeleanu

Alexandru Zamfir