1 Pourquoi avons-nous besoin d’un programme de mentorat pour les communautés roms ?

 

Les Roms représentent une minorité européenne historique. La première attestation documentaire des ancêtres des Roms apparaît en 1054 dans un manuscrit du Mont Athos sous le nom d’athinganoy (Sarău, 1997, p.27). Cependant, ils sont restés inconnus de l’Europe, une minorité marginalisée perçue comme une menace pour les autres, et persécutés pendant des siècles en raison de leur mode de vie différent de celui des Européens. Les Roms ont été les étrangers intérieurs de l’Europe, semblables à la description de l’étranger dans l’article de Simmel (Simmel, 1950, p.1). Les gens ne cherchent pas à les connaître et préfèrent parfois inventer des stéréotypes selon leur imagination, ce qui conduit implicitement au racisme et à la persécution.

De même, Jean-Pierre Liegeois souligne dans son ouvrage ” Les Roms en Europe ” que l’attitude la moins négative à l’égard des Roms est celle d’une sympathie romantique influencée par le folklore, mais dès qu’une occasion se présente, les sentiments les plus négatifs sont réactivés. “Roms, gens du voyage, gitans

sont considérés comme des voleurs, bruyants, sales, immoraux, tricheurs, ne travaillant pas, enseignant aux autres de mauvaises choses et leur art de la cartomancie inspire la peur”. (Liegeois, 2008, p.141).

Ainsi, tout au long de l’histoire, les Roms ont eu une image déformée et contradictoire en Europe, comme ayant un comportement social déviant – vagabonds, pauvres, criminels, voleurs, avec un style de vie déviant et non civilisé, mais, paradoxalement, romantique et libre. Cette image déformée des Roms se perpétue encore aujourd’hui, ce qui a un impact négatif sur leur évolution dans la société et leur développement en tant qu’individus. Le cas courant suivant d’une fillette rom rejetée par un jardin d’enfants roumain est présenté ici pour illustrer comment cette image les affecte.

Rebeca est une élève d’un jardin d’enfants privé en Roumanie. Elle est rom et a quelques difficultés mineures de communication. Ces raisons semblent suffisantes pour que le jardin d’enfants la rejette. Même si Rebeca va à l’école maternelle et se fait des amis, et que ses capacités de communication progressent avec l’aide de l’orthophoniste de l’école maternelle, cela ne suffit pas à la directrice et elle ne cesse de demander à sa grand-mère d’emmener Rebeca dans une autre école maternelle “plus adaptée pour elle”1 . Quel sera l’avenir de Rebeca adulte si elle est rejetée par le système éducatif au moment où elle en a le plus besoin

? Que peut-on faire pour que Rebeca soit incluse dans le système éducatif et ne soit pas privée de son droit à l’éducation, afin qu’elle ne devienne pas une adulte qui, à son tour, rejettera le système et ne se développera pas sur le plan éducatif et social ? De quel type de soutien Rebeca et sa grand-mère ont-elles besoin pour se battre pour une éducation de qualité ? Le médiateur scolaire peut-il aider Rebeca, et où est le médiateur culturel ou social ? Rebeca a-t-elle besoin d’un autre type de soutien, spécifique, plus appliqué à sa situation, qui ne se contente pas de faire de la médiation mais qui apporte aussi un soutien de l’intérieur de la communauté / famille à la société qui, souvent, ne voit pas au-delà des stéréotypes et des préjugés auxquels elle est habituée ?

Le cas de Rebeca n’est pas unique dans la société roumaine ou européenne lorsqu’on parle de la communauté rom, car les gens agissent souvent en fonction de leurs propres stéréotypes et images sans vérifier la réalité. Les personnes interrogées dans le cadre de cette méthodologie ont également connu cette situation.

Mais ils ont trouvé les ressources internes pour aller plus loin et même pour aider d’autres personnes à surmonter de telles situations.

Afin d’argumenter le besoin de mentorat pour la communauté rom européenne et de tracer quelques lignes générales sur ce que signifie un programme de mentorat, une série d’entretiens a été menée avec des Roms qui ont réussi professionnellement, et dont certains travaillent dans des communautés roms, en essayant d’aider des enfants comme Rebeca à se développer harmonieusement et à faire face au rejet auquel ils sont toujours confrontés dans la société. Les personnes interrogées sont des enseignants, des travailleurs sociaux, des personnes travaillant dans le secteur de la culture, et même des étudiants, qui ont connu au moins une fois dans leur vie des rejets comme celui présenté ci-dessus, mais qui ont réussi à les surmonter d’une manière ou d’une autre. Aujourd’hui, ils ont décidé qu’il valait la peine de soutenir d’autres enfants/jeunes gens qui vivent de telles situations. Ils comprennent les difficultés et la nécessité de travailler avec d’autres personnes qui ont déjà vécu ce genre d’expérience.

Cristian Pădure est maître de conférences au Département de langue romani de l’Université de Bucarest, et professeur de langue roumaine dans le milieu pré-universitaire. Lors d’un entretien en juin 2021, il a mentionné qu’il aurait eu besoin d’un ” mentor ” dans son processus éducatif, car malheureusement ses parents ne savaient pas comment le soutenir, et à l’école il était rejeté ou ignoré à la fois par les enseignants et les collègues. Cristian était l’un des rares Roms de son école, et il a redoublé la première année parce qu’il ne connaissait pas la langue roumaine, car à la maison, sa famille ne parlait que le romani. Cela ne l’a pas découragé et il a continué l’école, mais tous les élèves n’ont pas cette endurance. Certains d’entre eux, lorsqu’ils connaissent de tels échecs, abandonnent. C’est la raison pour laquelle ils ont besoin de quelqu’un qui les soutienne de l’intérieur et qui prenne leur défense lorsqu’ils rencontrent des difficultés.

Mme Alecu Florica est enseignante à l’école Bora de Slobozia et mentor dans le cadre d’un projet mené par la Fondation du Fonds pour l’éducation des Roms pour les étudiants roms des lycées pédagogiques. Elle raconte qu’elle avait pour mentor son frère, qui était écrivain. Si son frère aîné n’avait pas été à ses côtés, son parcours éducatif aurait été beaucoup plus difficile.

C’est pourquoi Mme.Alecu Florica a choisi d’être auprès des élèves roms qui ont besoin d’elle, et de les soutenir lorsqu’ils rencontrent des difficultés dans leur parcours scolaire.

Crina Mureșanu, travailleuse sociale rom et titulaire d’un doctorat en sciences politiques, nous a expliqué combien il est difficile de comprendre les Roms avec lesquels les travailleurs sociaux ne cherchent pas à les comprendre, mais les jugent et les traitent uniquement en fonction de l’image qu’ils ont d’eux. Le fait d’avoir exercé cette profession pendant des années a fait prendre conscience à Crina de l’importance pour le travailleur social qui travaille avec les Roms d’être Rom ou du moins de connaître très bien certains aspects de la culture et de l’histoire des Roms afin de pouvoir offrir un véritable soutien en matière de travail.

Le besoin de mentorat est urgent si nous voulons combler le fossé et apporter un réel soutien à la communauté rom. Elle a besoin d’être soutenue de l’intérieur, par des personnes qui ont vécu les mêmes expériences de rejet et de discrimination, et qui ont réussi à les surmonter.

En même temps, lorsqu’on mesure l’importance d’un programme de tutorat pour les communautés roms, chaque cas individuel doit être pris en considération, en vue d’atteindre leur potentiel maximal. Peut-être ces personnes auraient-elles pu se développer encore plus si elles avaient bénéficié d’un programme de tutorat approprié et adapté à leurs besoins.

Un programme de tutorat est une opportunité de développement et un instrument essentiel qui peut changer la perspective négative de la société sur la communauté rom, qui est perçue comme un problème. Le résultat de ce processus est un échange équitable entre les deux cultures, et non une influence unilatérale de la majorité, comme c’est le cas actuellement dans de nombreuses situations.

Par conséquent, l’objectif de ce projet est, d’une part, de clarifier le concept de mentorat avec ses étapes préliminaires, sa méthodologie et sa structure et, d’autre part, d’expliquer combien il est important de connaître la culture et l’histoire de la communauté avec laquelle on travaille, dans ce cas les Roms, afin de vraiment soutenir ses membres.

En résumé, un programme européen de mentorat est nécessaire pour la communauté rom afin de :

  • soutenir les personnes dans leurs moments difficiles ;
  • les aider à trouver une meilleure version d’eux-mêmes ;
  • les aider à faire face aux différents défis de leur vie ;
  • encourager les mentorés à atteindre leur plein potentiel ;

Le profil du mentor et le processus de mentorat

 

Pour qu’un mentor soit adéquat, il doit posséder une série d’aptitudes et de compétences qu’il peut mettre en pratique dans l’activité de mentorat. Premièrement, les mentors doivent avoir un statut professionnel plus élevé que la personne ou le groupe qu’ils encadrent. Deuxièmement, ils doivent connaître et comprendre la spécificité culturelle et sociale de la communauté avec laquelle ils travaillent, afin d’être en mesure de soutenir ces personnes dans leur développement et leur processus d’autonomie.

La notion de mentor a été empruntée au latin et fait référence à une personne instruite qui guide quelqu’un d’autre, un chef spirituel inspirant. Cependant, même la langue latine l’a empruntée au grec ancien. Mentor était l’ami d’Ulysse et l’éducateur de Télémaque. Ainsi, son synonyme est le mot éducateur, mais sa signification ancienne plus profonde est celle d’un éducateur privé chargé de l’éducation, de l’initiation pratique et spirituelle d’une jeune personne dans un monde plein de défis. Par conséquent, le mentor renvoie à l’image du sage qui s’adresse aux novices. En d’autres termes, le mentor est un guide pour celui qui apprend, utilisant son expertise (connaissance + expérience personnelle dans le domaine) et aussi son exemple personnel comme outil. La signification d’un leader spirituel nous montre que le mentorat est basé sur le fait que ceux qui suivent le font grâce à l’exemple de leur leader. Ainsi, les mentors ont d’abord besoin de la motivation intrinsèque de ceux qu’ils encadrent, ainsi que du désir de ceux qui sont apprentis de leur ressembler.

Une autre façon de consolider la signification d’un mentor est d’analyser le terme rencontré en botanique, où un mentor est une greffe d’une vieille plante insérée sur une jeune afin qu’elle lui prête ses propriétés. Cette comparaison est également suggestive pour le processus de formation d’une personne, ou dans un sens encore plus large, pour le développement personnel des enfants et des adultes. Par conséquent, la similitude mise en évidence ici est “l’emprunt des propriétés souhaitables et bénéfiques” du mentor, sans nécessairement signifier l’imitation de celles-ci. L’ensemble du processus laisse place à la personnalité de celui qui suit le mentor, et l’intention est que l’apprenti puisse même dépasser le mentor. Ainsi, le processus aboutit à un important développement personnel, mais aussi éducatif, professionnel et économique. Il peut être réalisé en renforçant la confiance entre les deux parties, et il peut même conduire à un développement spirituel, pas nécessairement au sens religieux, mais plutôt au sens de la recherche et de la découverte du potentiel maximal, ainsi que du sens de la vie.

En ce qui concerne l’aspect de la confiance, une autre définition du mentor indique qu’il/elle est un “conseiller, enseignant ou coach sage et digne de confiance”. Par conséquent, un mentor n’est pas simplement une personne qui aide une autre personne à apprendre quelque chose que, dans d’autres conditions, elle aurait appris plus difficilement, plus lentement ou pas du tout. Le mentor est bien plus que cela ; le mentorat implique de la part du mentor une implication, une connaissance de l’autre et une ouverture, de sorte qu’à la fin, la personne ou le groupe mentoré puisse être sûr d’écouter et de suivre.

Au sens commun, le mentor est une personne ayant une certaine expérience, acceptée comme guide par une personne ou un groupe qui traverse une série de défis dans différents domaines. Le mentor peut faciliter la transition de la personne ou du groupe vers une situation meilleure, améliorée ou résolue (en termes éducatifs, professionnels, sociaux, spirituels). Le mentor ne peut y parvenir que par des soutiens et des interventions successifs, et en réussissant à surmonter les obstacles et les défis qui peuvent inévitablement se présenter. En ce sens, le mentorat est une relation de développement dans laquelle le mentor et le mentoré sont impliqués dans la dynamique de recherche de solutions par des consultations permanentes et un suivi constant de l’ensemble de la situation. L’aspect transitoire doit être souligné ici, dans le sens où le mentor joue un rôle dans le développement d’une personne ou d’un groupe pendant une certaine période, une période critique pendant laquelle les mentorés ont besoin de soutien et d’orientation, car ils ne parviennent pas par eux-mêmes à trouver les meilleures solutions pour résoudre ou améliorer la situation difficile qu’ils traversent.

En outre, dans la littérature spécialisée, le mentorat est défini comme le processus par lequel les compétences et les informations sont transmises des personnes expérimentées à celles qui en ont besoin de soutien. Selon Barnett (1995), les mentors peuvent être “des enseignants, des entraîneurs, des formateurs, des modèles, des protecteurs et des sponsors jusqu’à un certain point de leur relation avec les mentorés. Ils peuvent fournir des opportunités pour le développement des autres en identifiant des situations et des événements qui contribuent par leurs connaissances et leur expérience à la vie des mentorés” (Barnett, 1995, apud. Crocker C., Harris, S.). La notion de protecteurs est importante, dans le sens où les mentors doivent défendre les intérêts des mentorés, lutter et représenter leurs besoins et leurs droits par rapport aux autres (autorités locales, école, société en général). Les situations concrètes issues des discussions avec les représentants des communautés roms en Bulgarie, district de Stolipinovo, Plovdiv, qui soulignent également l’importance de la connaissance spécifique de la communauté rom par le mentor, en sont de bons exemples. Dans une situation idéale, le mentor devrait venir de l’intérieur de la communauté afin d’être capable de défendre ses intérêts, en les connaissant en détail. De plus, lors de la discussion sur ce sujet, il a été souligné qu’un rôle important dans le cas du mentor pour les communautés roms est joué par l’aspect ethnique, il est donc préférable que le mentor appartienne au groupe ethnique rom, dans le sens où il/elle peut mieux comprendre la spécificité des Roms et peut plus facilement s’intégrer dans le rôle de représentant et de défenseur des intérêts de la communauté. Bien sûr, le mentor non-Rom n’est pas exclu, mais il doit avoir une expérience pertinente du travail avec les Roms et, très important, être reconnu au niveau de la communauté locale, ou au niveau de la communauté élargie des personnes travaillant dans le domaine du mentorat des Roms, comme ayant les qualités d’un bon mentor et manifestant de véritables intentions de s’impliquer dans le travail avec les Roms et de résoudre les situations pour lesquelles il intervient.

Dans la définition de Boston (1976), la conseillance implique “une relation protégée dans laquelle l’apprentissage et l’expérimentation peuvent se produire, ainsi que des compétences potentielles peuvent être développées.” L’aspect de la relation protégée est également mis en avant, dans le sens où la conseillance, notamment la conseillance en tant que processus, se déroule dans un cadre prédéfini, surveillé et qui donne une certaine sécurité et sûreté tant au mentor qu’au(x) mentoré(s). En même temps, la définition souligne la composante d’apprentissage, tout d’abord de la part des mentors, qui prennent des éléments de l’expérience du mentor, mais pas seulement. L’apprentissage est également valable pour le mentor, qui enrichit son expérience, ses aptitudes et ses compétences, à chaque processus de mentorat dans lequel il est impliqué, en prenant des éléments particuliers de différents contextes et situations.

Une autre définition du mentorat est celle de Shea (1992), pour qui le mentorat implique un effet significatif, à long terme et bénéfique sur la vie ou le style d’une autre personne, généralement à la suite d’un contact personnel individuel. Un mentor est une personne qui fournit des connaissances, un aperçu, une perspective ou une sagesse qui sont utiles à la personne encadrée”. Ainsi, le mentorat ne vise pas seulement à résoudre une situation spécifique ou un problème momentané, mais prend également en compte les effets à long terme, précisément parce qu’il vise aussi le développement ultérieur du mentoré, même en impliquant des changements majeurs dans le style de vie, les perceptions, les croyances ou même certaines valeurs. Un autre aspect mis en évidence dans cette définition est la relation entre les deux parties, en référence au mentoring individuel qui, dans certaines situations, pour une efficacité accrue et des résultats garantis, est recommandé d’être individuel. Cela peut être le cas du mentorat en éducation, où la relation personnelle entre le mentor et la personne en développement est essentielle ; l’étudiant a besoin d’un programme d’intervention personnalisé ainsi que de rencontres au cours desquelles il se sent soutenu et guidé en fonction de ses besoins spécifiques.

Des aspects similaires sont notés dans la définition de Kay, qui décrit le mentorat comme ” un processus interactif et individuel pour guider le développement de l’apprentissage, basé sur la prémisse de l’implication active des deux parties, l’assomption de leurs obligations selon les statuts ” Kay (dans Croker C., Harris, S., 2002). De plus, cela suggère que le mentorat est un “effort” en termes d’implication et de responsabilités assumées par chaque partie et qu’un certain effort doit être fait pour réussir. En même temps, nous pouvons voir une autre caractéristique du processus de tutorat, rencontrée à différents moments du programme, à savoir qu’il n’est pas toujours confortable de sortir de la position ou de la situation à laquelle on est habitué, même si c’est difficile, et qu’un certain effort doit être fait pour surmonter cette situation. L’aspect du manque de confort est valable à la fois pour la personne mentorée, qui doit sortir d’une certaine situation, mais aussi pour le mentor, qui doit constamment s’adapter aux nouvelles situations qu’il rencontre et surmonter ses propres barrières pour le bien-être de la personne ou du groupe mentoré, même si cela n’est pas facile pour le mentor.

C’est pourquoi la formation des mentors est très importante. Un programme de mentorat réussi nécessite avant tout une formation initiale au cours de laquelle le mentor apprend les concepts et les principes qu’il va mettre en pratique. Même dans le cas d’un mentor plus expérimenté, la formation initiale est importante, d’une part parce qu’il peut apprendre de nouvelles choses sur les spécificités de la communauté ou du groupe avec lequel il travaille, mais aussi pour un bon alignement des valeurs et des principes partagés par toute l’équipe qui gère le programme de tutorat. Par exemple, il est très important qu’il y ait une équivalence claire entre le mentor, les formateurs et l’équipe du projet en ce qui concerne des valeurs telles que le respect, l’équité, la non-discrimination, l’empathie ou l’égalité des chances. De plus, dans le cas du mentorat pour les groupes roms, la formation initiale est particulièrement importante pour connaître la culture et l’histoire des Roms, en général, ou peut-être même plus en détail, les spécificités de la communauté à laquelle on s’adresse. De même, la langue romani – ou les éléments de base concernant la langue romani – est une composante importante du processus de tutorat dans les communautés roms, une partie qui peut également être incluse dans la formation initiale des mentors.

La formation initiale est aussi importante que la formation continue des mentors et leur suivi tout au long du processus par des personnes compétentes de l’équipe du projet ou de l’institution qui gère le programme de mentorat. Ceci a pour but de soutenir et de fournir un feedback constant et constructif afin d’atteindre les objectifs proposés de manière aussi efficace et réaliste que possible. Ainsi, dans le cadre des formations continues, des réunions individuelles ou de groupe peuvent également avoir lieu afin de discuter des différents aspects auxquels le mentor est confronté à ce moment-là. Par exemple : “Les élèves rencontrent des difficultés à l’école dans leur relation avec l’enseignant X”, ou : “L’élève X est fréquemment absent et risque de décrocher de l’école”, ou : “La mairie de X tarde à délivrer les documents nécessaires pour résoudre le problème de logement de la famille Y”. Ainsi, pour chaque cas, tant les formateurs que les autres mentors participant au cours peuvent intervenir avec des propositions pour résoudre ou améliorer différentes situations. Par exemple : “Parler d’abord avec le directeur de l’école et ensuite avec l’enseignant en question au sujet de sa relation avec les élèves de la classe” ; “Parler avec la famille de l’élève qui risque de quitter l’école et identifier les causes qui ont conduit à cette situation” ; “demander une audience avec le maire pour une discussion opportune sur le statut des documents demandés” etc.

Bien entendu, dans le cadre du développement des programmes de mentorat à l’avenir, il est également opportun d’organiser une formation ou une réunion finale des mentors au cours de laquelle on pourra partager, d’une part, les exemples de bonnes pratiques, mais aussi les défis ou les choses qui ont été plus difficiles ou qui ont pris une autre direction que les objectifs prédéterminés. Prenons l’exemple d’un étudiant qui a abandonné ses études et qui a trouvé un emploi. Ainsi, même si l’objectif initial du mentor était de soutenir et de motiver l’étudiant à rester à l’université et à terminer ses études, nous devrions finalement comprendre que ce n’est pas nécessairement une chose tragique qu’il ait décidé de se faire embaucher, si tel était son souhait, et qu’il existe peut-être des opportunités de développement professionnel dans le domaine qu’il a choisi. Par conséquent, les futurs programmes de mentorat, en plus de rendre les objectifs plus flexibles et de les mettre en corrélation avec le mentoré, y compris pendant le processus, devraient envisager la possibilité de modifier ou même de changer les objectifs initiaux, en fonction de la dynamique et des besoins de l’individu ou du groupe mentoré, tant qu’ils restent dans les paramètres des valeurs et des principes fondamentaux du projet. Habituellement, ces formations sont réalisées par des psychopédagogues, des psychologues, des conseillers scolaires, des experts en culture rom, des sociologues, des anthropologues afin que le processus de mentorat ait une approche intégrée qui réponde aux besoins des personnes mentorées.

L’activité de mentoring peut s’appliquer dans différents domaines, tels que l’éducation, la culture et le social, en ce qui concerne l’emploi ou l’obtention d’un logement ; le mentoring peut également avoir lieu dans des domaines tels que le domaine artistique, professionnel ou religieux. Pour tous ces domaines mentionnés ci-dessus, le mentorat peut fonctionner sous deux formes principales : Le Mentor en tant qu’image et le Mentoring en tant que processus.

Le mentor en tant qu’image implique qu’une personne, le plus souvent un jeune en formation, choisit un personnage public comme terme de référence ou une personne célèbre comme source d’inspiration. Le mentor en tant qu’image représente un modèle que la personne veut suivre ; le mentoré démontre que l’on peut s’en inspirer.

l’admiration, le dévouement, la détermination, l’engagement, l’aspiration, l’implication et, en général, beaucoup d’émotion à leur égard. La plupart du temps, la personne qui désigne un mentor comme image n’a pas l’occasion de rencontrer ou d’interagir directement avec son mentor, la relation impliquant donc une distance, un manque de feedback mutuel ou une collaboration qui sert un intérêt ou un but commun. Le mentor en tant qu’image est même mentionné dans des documents officiels, son importance étant reconnue dans le développement personnel et professionnel d’une personne ou d’un groupe. Un tel exemple se trouve en Roumanie, dans la norme professionnelle, publiée dans le Journal officiel no. 713 du 22 octobre 2007, où l’on trouve la définition suivante : ” Chacun de nous a eu un mentor au moins une fois dans sa vie, un modèle que nous admirions et que nous essayions d’imiter, même un proverbe disait que l’imitation est la forme la plus sincère de l’admiration ” (Occupational Standard, page 1, 2007, apud Trăistaru Maria, Fundamente teoretico-explicative ale mentoratului românesc, 2018, EDICT – Revista educației – ISSN 1582 – 909X).

D’autre part, le mentorat en tant que processus implique une activité beaucoup plus structurée et organisée. Le mentorat en tant que processus se déroule le plus souvent dans un cadre prédéterminé, avec certaines coordonnées, dans lequel les deux parties impliquées, le mentor et le(s) mentoré(s) ont des rôles très clairement définis. À cet égard, le mentor établit, entre autres, un ensemble d’objectifs, personnalisés en fonction de la personne ou du groupe mentoré et en consultation avec lui, ainsi qu’un plan d’actions, d’activités, de méthodes et de stratégies pour atteindre ces objectifs. La personne ou le groupe encadré a la responsabilité de suivre le programme, de travailler avec le mentor, de le consulter. En renforçant une relation basée sur la confiance mutuelle, la personne ou le groupe mentoré se laisse guider par son mentor et atteint partiellement ou totalement les objectifs reconnus comme les plus importants et acceptés par les deux parties.

La coordination dans le processus de tutorat implique l’établissement d’un cadre et de directions dans lesquels les activités de tutorat peuvent avoir lieu. Bien sûr, elles peuvent changer ou s’adapter en fonction des spécificités de la personne, ou du groupe mentoré, ou en fonction de l’évolution de la situation.

la dynamique du processus, les changements ou les imprévus (perçus comme des inconvénients ou, au contraire, comme des opportunités) qui peuvent survenir en cours de route.

Une autre caractéristique importante du mentorat en tant que processus est la période exacte dans laquelle l’activité se déroule, ce qui implique une certaine fréquence de réunions, une planification rigoureuse des activités, en corrélation avec les objectifs proposés, ainsi qu’une série de délais dans lesquels certaines tâches doivent être réalisées pour que le processus de mentorat soit efficace et suive la trajectoire souhaitée.

Enfin, le mentorat en tant que programme s’adresse à une personne, ou à un groupe de personnes clairement défini, enregistré comme groupe cible et suivi selon un ensemble de critères fixes du début à la fin du programme.

En résumé, le mentorat en tant que processus comprend les caractéristiques clés suivantes :

  • Programme de mentorat structuré
  • Une période spécifique
  • Des objectifs clairs
  • Des activités claires et structurées
  • Un groupe cible spécifique

Elle se distingue ainsi du mentorat en tant qu’image, qui est défini par :

  • L’admiration à distance d’une personne célèbre
  • Le mentor comme image représentant un modèle
  • Absence de structure et de programme clairs
  • Relation à sens unique sans retour d’information

Les objectifs optimaux d’un programme de mentorat sont les suivants :

 

  • Pour construire le caractère
  • Apprendre des compétences de vie
  • Obtenir la stabilité économique et sociale
  • Prendre confiance en soi
  • Découvrir leur propre potentiel/force intérieure

Les compétences d’un bon mentor sont :

  • Être une personne ayant un statut professionnel élevé par rapport aux
  • Connaître et comprendre la spécificité culturelle et sociale de la communauté avec laquelle on travaille ;
  • Soutenir les personnes avec lesquelles on travaille dans leur développement et leur indépendance.
  • S’adapter au contexte socioculturel de la communauté ;
  • Être un bon communicateur ;
  • Faire preuve d’empathie à l’égard des besoins des mentorés.
  • Se documenter sur le travail à effectuer et appliquer ce que l’on apprend dans son travail ;
  • Traiter les personnes avec lesquelles on travaille sur un pied d’égalité et établir avec elles des relations fondées sur la confiance mutuelle ;

Bonnes pratiques en matière d’éducation

Par conséquent, le mentorat est un processus complexe qui nécessite une confiance mutuelle et le soutien des mentors pour se développer harmonieusement à tous les niveaux, en découvrant leur motivation intrinsèque à évoluer. Comme mentionné ci-dessus, la conseillance peut exister dans n’importe quel domaine de la vie sociale, car les gens ont besoin de soutien pour atteindre leurs objectifs et leurs rêves. Voici quelques exemples de bonnes pratiques de mentorat dans le domaine de l’éducation, qui est le principal domaine d’activité du Roma Education Fund. La fondation Roma Education Fund mène des projets éducatifs axés sur la minorité rom, qui comportent une forte composante de mentorat pour les élèves, étudiants et enseignants roms, mais aussi des projets dont l’objectif principal est le mentorat pour soutenir la communauté de l’intérieur.

Vous trouverez ci-dessous deux des plus importants projets de mentorat réussis développés par le Fonds pour l’éducation des Roms :

Programme de bourses d’études en pédagogie

Un autre projet dont l’activité principale était le mentorat était le ” Programme de bourses d’études en pédagogie “. Ce projet a duré une période de 6 ans (2014-2020) et s’adressait aux étudiants roms des lycées à profil pédagogique des pays suivants :   L’objectif du projet était de soutenir les étudiants roms pendant leurs études secondaires, par le biais d’un système de mentorat et de bourses d’études, ainsi que de stages dans des jardins d’enfants. En outre, les étudiants ont reçu une aide pour trouver des emplois dans les jardins d’enfants, notamment dans les régions comptant un grand nombre de Roms de souche. Environ 580 étudiants ont participé à ce projet. Chaque étudiant a bénéficié de séances de tutorat individuelles et collectives, la fréquence des réunions étant en moyenne de deux fois par mois. Les sujets abordés lors des sessions concernaient le développement personnel et professionnel des étudiants, l’histoire et la culture roms, la connaissance de soi et d’autres sujets pertinents adaptés aux besoins des lycéens.

Les principales activités du projet consistaient à proposer des méditations aux élèves dans des matières comme la langue roumaine et les mathématiques avec des enseignants spécialisés, ou dans d’autres matières, en fonction de leurs besoins, afin de réduire le fossé entre les élèves roms et les autres élèves. Cet écart est dû à des facteurs historiques, notamment l’esclavage et l’holocauste, et à une discrimination permanente, qui ont directement empêché les Roms d’accéder à l’éducation. En outre, les étudiants ont bénéficié d’un soutien au sein de la communauté grâce au programme de mentorat. Les élèves ont également reçu une bourse mensuelle pendant le projet ainsi que de nombreuses opportunités de développement personnel et professionnel, telles que : un atelier de contes avec l’actrice rom Alina Șerban, un camp d’été avec des thèmes pédagogiques, des ateliers sur l’histoire et la culture rom.

Dans le cadre de ce projet, les mentors ont également reçu une formation initiale et continue, ainsi que l’opportunité de partager leurs expériences de travail avec les étudiants et de trouver les meilleures solutions pour les soutenir. La plupart des mentors étaient des enseignants roms, partant du principe qu’ils sont les plus aptes à soutenir les étudiants d’un lycée avec un profil pédagogique, gardant dans ce cas la corrélation des domaines d’activité dans le cadre du programme de mentorat.

 

La présentation précédente des différents projets de mentorat a souligné l’importance des bénéfices directs pour les personnes mentorées, qui achèvent pleinement le programme de mentorat. Ces bénéfices supplémentaires contribuent directement à atteindre les objectifs et à encourager ceux qui ont besoin d’un tel programme à y accéder effectivement. Ces bénéfices et opportunités doivent être présentés clairement et complètement dès le début, afin que les personnes mentorées puissent voir et comprendre le bénéfice réel de l’activité, mais aussi les responsabilités individuelles qu’elles doivent assumer pendant un tel programme.

Parmi les avantages et les opportunités les plus importants qui ont été offerts aux étudiants par la Fondation du Fonds pour l’éducation des Roms dans le cadre des programmes de tutorat mis en œuvre, on peut citer les suivants : Des cours d’anglais, des cours d’informatique, des ateliers sur la culture et l’histoire des Roms, des cours rémunérés et des cours de langue. des stages au sein de la Fondation, des subventions pour des mini-projets d’activités étudiantes, des bourses mensuelles pour les étudiants, des ateliers de narration, des camps d’été à thème pédagogique.

crédit photo: Roma Education Fund

Projet Romaversitas

Ce projet a duré deux ans (2016-2018) et s’est adressé aux étudiants roms de l’Université de Bucarest issus de différentes facultés. L’objectif principal du projet était d’augmenter les performances académiques et le taux d’obtention de diplôme, tout en renforçant la défense, l’estime de soi et l’identité d’environ 80 étudiants roms à temps plein. Ses principales activités

étaient    le    mentorat    et    le    tutorat    pour    aider    ces    étudiants    à    se    développer professionnellement et personnellement. Les étudiants ont reçu un soutien individuel et collectif de la part des mentors. Le soutien individuel consistait à conseils et orientation professionnelle, transmission de techniques d’apprentissage, recherche d’un équilibre dans la relation étudiant – famille – école, aide à l’étudiant pour planifier son temps, guide les étudiants pour élaborer des plans d’étude individuels, soutien aux bénéficiaires pour s’adapter à leur nouvel environnement, leur montrer les opportunités à l’intérieur de l’université (bibliothèque, bureau médical, club de jeunes, club de théâtre, concours éducatifs, etc. ) et à l’extérieur (différents clubs de jeunes, théâtre, hôpital, bibliothèque municipale, etc.). Le soutien de groupe a facilité l’interaction entre les bénéficiaires et les étudiants d’autres universités, en encourageant la participation des bénéficiaires à des activités extrascolaires : réunions d’échange d’expériences avec d’autres bénéficiaires, organisation d’activités de groupe qui peuvent contribuer à augmenter leur estime de soi et à assumer leur identité ethnique (invitation de modèles de rôle, mini session de formation dispensée par des étudiants roms), encouragement de l’interaction avec d’autres groupes de jeunes, ONG roms locales). La fréquence des réunions individuelles était d’une fois par semaine, et celle des réunions de groupe d’une fois par mois.

crédit photo: Roma Education Fund

Afin d’être un véritable soutien pour les élèves avec lesquels ils travaillent, les mentors ont reçu une formation initiale sur la signification d’un programme de mentorat et sur la manière d’être avec les élèves. Cette formation a été dispensée par des psychopédagogues et des psychologues spécialisés dans le travail avec les étudiants et des experts dans le domaine de la culture et de l’histoire roms. Même si les mentors roms ont été ciblés dans ce projet, la culture et l’histoire roms devaient être ramenées dans le débat, en particulier parce que des sujets importants sur l’histoire et la culture roms ne sont pas enseignés à l’école. Par conséquent, dans un tel programme, il est important de faire connaître ces sujets et d’en discuter même avec les élèves roms qui n’ont pas eu l’occasion de connaître leur propre histoire. Les mentors ont également bénéficié d’une formation continue, d’un suivi, d’une coordination ainsi que de la possibilité de partager leur expérience de terrain et les difficultés rencontrées dans le travail avec les élèves afin de trouver les meilleures solutions pour apporter un soutien aux mentors.

En ce qui concerne la sélection des mentors et des étudiants, une annonce nationale a été faite, puis ils ont postulé en répondant aux critères requis. Il était très important, au niveau du projet, que les mentors soient professionnellement épanouis afin de servir d’exemple aux étudiants. Le site, La répartition en fonction des domaines professionnels a également été prise en compte, afin que chaque étudiant ait un mentor dans son domaine d’activité.

Outre le mentorat, les étudiants ont bénéficié d’autres opportunités pour leur développement professionnel : Des cours d’anglais dans une école spécialisée (British Council), des cours d’informatique dispensés par des spécialistes, des ateliers sur la culture et l’histoire des Roms, des stages rémunérés au sein de la Fondation, l’octroi de subventions pour des mini-projets à développer par les étudiants, et le soutien des mentors dans la mise en œuvre de ces mini-projets. Toutes ces activités visaient à motiver les étudiants roms à poursuivre leur carrière malgré toutes les difficultés rencontrées – à cause de la société, du système éducatif ou même de la famille. Un autre objectif important du programme était de faire sentir aux étudiants que quelqu’un les accompagne dans cette entreprise éducative et les aide à prendre les meilleures décisions pour leur développement et à atteindre leur plein potentiel.