De nombreux chercheurs sur les Roms en Bulgarie pensent aujourd’hui que l’éducation n’est pas une valeur pour eux. Selon les données de l’enquête sociologique représentative “Les Tsiganes dans la période de transition”, qui portait sur 1 844 ménages roms dans le pays, en 1994, 52% des enfants roms en bonne santé âgés de 7 à 16 ans n’allaient pas à l’école (Tomova 1995), mais en 1999, dans neuf grands ghettos roms du pays, la proportion d’enfants qui abandonnent ou ne vont pas du tout à l’école atteint 72% (Tomova 1999 – The Roma in Bulgaria: Education and Employment). Très peu d’entre eux terminent l’enseignement secondaire, et certains l’enseignement supérieur. Ils terminent généralement l’enseignement primaire, et certains d’entre eux ne l’ont pas. Un problème sérieux qui interfère avec les stratégies éducatives pour les enfants est le mariage précoce des filles ou la peur de certains parents que les filles soient volées, et aussi le fait de les engager dans des travaux ménagers. Un autre problème lié à l’abandon scolaire est le système de valeurs orienté vers le présent. L’éducation est acceptée comme faisant partie de la vie quotidienne, mais pas comme la plus importante. La plupart des parents ne voient pas l’intérêt pour leurs enfants d’étudier car ils pensent qu’ils ne pourront pas trouver un emploi et vivre mieux même s’ils vont à l’école. Les raisons éducatives sont liées aux difficultés des élèves à apprendre les contenus enseignés à l’école et peuvent être considérées comme liées aux composantes typiques du processus éducatif – manuels, enseignants, etc. Les raisons familiales sont liées au nombre de membres de la famille, aux relations familiales, à la situation économique. Les raisons économiques sont le manque de fonds. (Pamporov, A. et autres, 2007 : 59-60).

Cependant, nous considérons qu’il est important de préciser que les Roms qui ont été scolarisés pendant le socialisme en Bulgarie sont plus instruits, y compris qu’ils connaissent mieux la langue bulgare. A cette époque, l’éducation était menée avec des mesures plus strictes, comme le prouvent les études des chercheurs traitant de l’histoire des Roms. Par exemple, Elena Marushiakova et Veselin Popov affirment que l’éducation fait partie de la politique de l’État visant les “minorités sur la voie du socialisme” : ” En Bulgarie, avec l’ordonnance 2071 du Conseil des ministres du 2 novembre 1961, la création de nouveaux pensionnats et internats a commencé, et depuis 1966, certaines des écoles dans lesquelles prédominent les enfants tziganes ont été transformées en écoles d’enseignement général avec formation intensive au travail (OUZTO). ” (Marushiakova, Popov 2007 : 100-101). Selon les auteurs, cette politique a donné des résultats positifs car ” leurs conditions de vie et leur niveau d’éducation s’améliorent de façon spectaculaire […] créant une couche importante de Tsiganes avec une éducation relativement bonne, avec de nouvelles professions, etc. “. (Ibid : 108-109).

Dans le quartier de Stolipinovo à Plovdiv, nous considérons que nous pouvons comprendre dans quelle mesure les Roms étudient et considèrent l’éducation comme une valeur, même s’ils vont à l’école, en fonction de la mesure dans laquelle ils connaissent le bulgare et/ou une autre langue, s’ils savent lire et écrire. Nous pouvons distinguer trois groupes de Roms par rapport à leur éducation.

Le premier groupe, que nous considérons comme le plus petit des deux autres, pratique le bilinguisme. Ils connaissent au moins deux langues, ont généralement plus de 40 ans et ont terminé leurs études secondaires. Outre leur langue maternelle (dans la plupart des cas, il s’agit d’une langue/dialecte turc), ils connaissent également le bulgare écrit et parlé. Une troisième langue peut être le russe, l’allemand ou une autre, selon les matières incluses dans l’enseignement et/ou le pays de résidence pendant une certaine période.

Le deuxième groupe de Roms, qui est selon nous le plus important des trois, ne connaît pas bien le bulgare et peut à peine l’écrire. La plupart des membres de ce groupe de Roms ont terminé au moins l’enseignement primaire. Ils sont âgés de plus de 25 ans.

Le troisième groupe de Roms est presque aussi important que le deuxième. Ils ont moins de 25 ans et plus de 50 ans. Certains d’entre eux n’ont pas terminé l’enseignement primaire. Ils ne parlent presque pas du tout le bulgare, mais n’utilisent que des mots fragmentaires, dont le sens est le plus souvent inconnu. De manière générale, on observe que les plus âgés et les plus jeunes ne connaissent pas le bulgare. Ils ne savent ni le lire ni l’écrire. Ils connaissent quelques mots, mais pas leur signification.

Leave a Reply

Translate »