Dans son étude sur les attitudes à l’égard du travail et de l’acquisition de richesses chez les Roms en Hongrie, Michael Stewart (1997) a formulé, dans son livre “The Time of the Gypsies”, le concept de “travail tsigane” (romani butj). Il observe que les Roms développent une éthique qui bouleverse les idées dominantes des “non-Tsiganes” sur le travail et la création de valeur. De plus, les “gitans” sont cités comme un exemple typique d’anarchie (Stewart, M. 1997 : 11). Le travail des gitans, comme l’appelle l’auteur, est lié au fait que “les gitans sont des bricoleurs absolus, capables de transformer tout ce qui leur tombe sous la main – qu’il s’agisse d’objets matériels ou de ruses rhétoriques pendant une transaction – en quelque chose de profitable” (Ibid . : 13). Les recherches de Stewart sont révélatrices des normes et de la normalité qui existent parmi les Roms et les non-Roms. Selon lui, il est normal pour les non-Roms d’avoir un emploi permanent, de travailler et de gagner de l’argent officiellement et légalement, de respecter les lois, d’investir les bénéfices de leur travail légal pour un avenir meilleur et plus sûr. Stewart note que pour les Roms, c’est le contraire, ils vivent au jour le jour (dans le présent), préfèrent travailler avec leur “esprit” plutôt qu’avec le travail manuel, préfèrent travailler sans contrat de travail, ne respectent pas ou contournent les lois.

L’auteur observe également une division entre les activités “féminines” et “masculines” à la maison chez les Roms, malgré le fait que les hommes et les femmes travaillent ensemble. Les hommes ” passent le plus souvent […] leur “temps libre” à rendre visite à la famille ou à s’asseoir et à discuter “, et pour les femmes, c’est ” presque toutes les tâches ménagères […] – de la garde des enfants à la cuisine, au lavage et à la décoration de la maison à chaque printemps ” (Ibid. : 15). Une autre chose qui est considérée comme normale et traditionnelle chez les Roms est le ” droit de donner et d’emprunter ” qui, selon Sewart, découle de la possession de biens destinés à la consommation : “Avoir en excès implique le droit de demander et de donner ” (Ibid., p. 21).

D’autres chercheurs s’intéressant à l’emploi des Roms mais en Bulgarie sont Ilona Tomova (1995) et Alexey Pamporov (2008). L’étude de Tomova ” Gypsies in the Transition Period ” montre que 27,5% des Roms âgés de plus de 18 ans travaillent, et que 8,6% d’entre eux travaillent temporairement sans contrat. Cette pratique est appelée par les auteurs travail dans “l’économie grise” (Tomova, I. 1995 : 72). L’étude de Pamporov et d’autres chercheurs co-auteurs avec lui sur “Les Roms en Bulgarie. Information Handbook “montre que 50,8% des Roms en âge de travailler (18-65 ans) ont eu un emploi au cours de la dernière semaine. L’employeur n’a pas offert de contrat à 23,6% des employés et les Roms sont donc “obligés de travailler dans le domaine de l’économie grise” (Pamporov, A. et al. 2008 : 35-36). En ce qui concerne les secteurs d’emploi des Roms au moment de l’enquête (2007), l’emploi dans la construction, les services publics et la collecte de champignons et d’herbes était particulièrement caractéristique des Roms. Un pourcentage significatif de Roms est employé dans l’agriculture et le commerce de détail (Ibid : 36). (Comparez à nouveau sur The Roma in Bulgaria: Education and Employment)

Dans la ville de Plovdiv, dans le quartier de Stolipinovo, nous avons observé que pour les Roms, le ” travail ” est un concept très large. Pour eux, tout est ” travail “, depuis les courses, la cuisine, le nettoyage et les autres tâches ménagères jusqu’à la visite d’une institution et le travail rémunéré. Ils ne font pas de distinction, par exemple, entre des concepts tels que ” travail ” et ” main-d’œuvre “. On peut distinguer plusieurs niveaux de travail rémunéré pour les Roms.

 

Le premier niveau est lié aux professions qu’ils exercent le plus souvent. Ils travaillent principalement pour l’entreprise municipale (EM) ” Propreté ” et l’EM ” Jardins et parcs “. Une petite partie d’entre eux travaillent comme hygiénistes, mais pas pour la ME “Propreté”, mais par exemple dans les écoles et autres institutions. Une petite partie d’entre eux travaillent comme tailleurs pour de grandes entreprises (principalement pour des meubles). La plupart d’entre eux sont des commerçants – ils vendent des vêtements, des fruits, des légumes, des articles ménagers, des bijoux, etc. Une partie non négligeable est engagée dans la construction, la coiffure, le maquillage, les cosmétiques. Une autre partie, non négligeable, travaille pour des ONG. Une petite partie d’entre eux sont engagés dans des services de conseil et remplissent et photocopient des documents.

Le deuxième niveau est lié à la position et à la profession préférées. Dans les conversations avec les Roms, nous constatons que la plupart des femmes préfèrent être coiffeuses et maquilleuses (en tant que profession plus rentable et plus prestigieuse). Pour les hommes – être constructeurs ou commerçants (comme un travail plus rentable) et travailler dans des institutions ou une organisation non gouvernementale (comme un travail plus prestigieux). Beaucoup d’hommes et de femmes préfèrent travailler en dehors de la Bulgarie – quoi qu’il en soit et principalement en Allemagne, où ils pensent recevoir de plus grandes quantités de prestations sociales.

Une pratique courante consiste à “donner à la veresiya”, comme l’appellent les Roms. Il s’agit de donner des biens (principalement de la nourriture) à d’autres Roms, celui qui donne note dans un carnet ce qui a été pris et à qui, et il attend un paiement lorsque cela est possible. Il s’agit d’une pratique d’assistance mutuelle entre ceux qui ont plus de possibilités matérielles et ceux qui n’en ont pas.

Une autre chose qui fait impression est la prédominance de la position hors de la “norme” acceptée par les non-Roms. La plupart des Roms travaillent sans contrat de travail. La plupart d’entre eux préfèrent “travailler pour eux-mêmes” comme maîtres, chauffeurs de taxi, engagés dans toutes sortes de commerces. En d’autres termes, prévalent : le travail sans contrat de travail ou autre, l’emploi non permanent, la dissimulation des revenus et du commerce, le non-respect ou le contournement de la loi. Le droit de donner et d’emprunter, que Stewart observe, a été modifié pour donner à “veresiya”. En ce qui concerne la division des rôles sociaux entre les sexes chez les Roms, également observée par l’auteur, elle existe toujours – les femmes sont celles qui travaillent (bien que ce ne soit pas une grande partie d’entre elles), mais elles sont également responsables du ménage et de l’éducation des enfants, ce sont elles qui interagissent principalement avec les institutions, et les hommes sont dominés par le travail et le temps libre passé avec les amis et les parents.

Leave a Reply

Translate »