Nicolae Gheorghe

Sociologue et activiste (1946-2013)

 

Nicolae Gheorghe est né le 12 novembre 1946 à Roşiorii de Vede, troisième enfant après deux sœurs aînées, Gheorghiţa et Silvia. Le père (Anghel) venait d’une famille d’escargots, et la mère (Floarea) était la descendante d’une famille de foyers et de violonistes.

– 𝟏𝟗𝟔𝟒 : Il termine le lycée militaire et s’inscrit à l’école militaire de Sibiu, qu’il interrompt suite à un malheureux accident.

– 𝟏𝟗𝟔𝟖 : Après l’armée, il entre au département de sociologie de la faculté de philosophie de l’université de Bucarest. Il termine comme chef de promotion, avec une moyenne de 10,50 (10 pour les résultats aux examens et 50 centièmes supplémentaires pour des mérites exceptionnels dans son travail de leader étudiant) ; Pendant l’université, il est le président de l’association des étudiants communistes.

– 𝟏𝟗𝟕𝟐 :

Après l’université, il est employé au Centre de recherche sociologique de Bucarest, au département de systématisation rurale. Il commence sa recherche, cherchant la réponse à la question qui l’a toujours accompagné : “Qui suis-je ?”

– 𝟏𝟗𝟕𝟑 : Il effectue ses premières visites de terrain auprès des agriculteurs roms du comté de Făgăraş. Il découvre avec fascination des personnes fières d’être Roms, par opposition aux Roms assimilés, comme ceux de sa propre famille, qui cachent leurs origines. Poussé par leur fierté, il commence à assumer son identité ethnique.

– 𝟏𝟗𝟖𝟐 : Il envoie à l’Europe Libre, sous le pseudonyme d’Alexandru Danciu, une lettre dans laquelle il met en évidence le racisme et la xénophobie de la politique du régime communiste, dans laquelle les Roms deviennent des coupables à abattre. Il dénonce également les abus de la milice, qui descend avec des chiens, à l’aube, dans les communautés, agressant les femmes et les enfants – ou battant les jeunes, pour leur faire avouer des crimes qu’ils n’ont pas commis.

– 𝐌𝐚y 𝟏𝟗𝟗𝟎 : Il rassemble les associations roms déjà constituées en une ” union ” faîtière : la Fédération ethnique rom. Il est l’un des secrétaires de la fédération avec Vasile Burtea, Vasile Ionescu et Ivan Gheorghe. Toujours en 1990, suite à la dévastation par les mineurs des quartiers roms de Bucarest du 14 au 15 juin, il persuade la Commission pour la sécurité et la coopération en Europe d’inclure dans sa déclaration la question des Roms en termes de sécurité, ce qui vaut à l’État roumain des critiques pour dénigrement de l’image de la Roumanie à l’étranger.

– 𝟏𝟗𝟗𝟏 – 𝟏𝟗𝟗𝟑 : Il est vice-président de l’IRU, l’Union internationale des Roms, une association à laquelle il est resté fidèle depuis de nombreuses années, malgré les attaques personnelles au fil du temps. La communication avec certains dirigeants de ce parti commence dès la période communiste, avec Ion Cioabă et le plus jeune Florin Cioabă.

– 𝟏𝟗𝟗𝟑 : Il reçoit le prix Bruno Kreisky à Vienne pour ses services en faveur des droits de l’homme en Europe. Il a cofondé l’association Romani CRISS avec des personnes de sa génération, mais aussi avec des jeunes qui travaillaient avec lui à l’époque. La Fédération ethnique rom, le Centre de recherche tsigane de l’Université de la Sorbonne et l’Institut de sociologie de l’Académie roumaine sont les institutions qui contribuent à la création et à la construction de Romani CRISS. L’organisation devient l’une des plus représentatives des droits des Roms en Roumanie et en Europe et, en même temps, l’école du militantisme pour les nouvelles générations de militants roms.

– 𝟏𝟗𝟗𝟓 : Il lance une campagne pour l’adoption du terme rom. Cette campagne est une réaction contre un mémorandum du gouvernement roumain appliqué par une circulaire interne envoyée à toutes les institutions. Il proposait d’officialiser le terme “gitan” car le terme Rom nuisait à l’image de la Roumanie. Cette année-là, la réaction a surtout porté sur la manière abusive et non transparente dont la décision a été prise : avec un député rom au Parlement à l’époque, avec un conseil des minorités nationales, aucune consultation publique n’a été organisée. Un deuxième mémorandum gouvernemental de 2000 affirme que le terme Roms est approprié.

© Roma Education fund