Les Roms sont le groupe qui compte probablement des représentants ethniques dans toute l’Europe et au-delà de l’océan Atlantique. Il existe différentes hypothèses sur leur origine – certains pensent qu’ils viennent d’Inde, d’autres d’Égypte. L’hypothèse selon laquelle ils viendraient d’Inde, fondée sur la comparaison linguistique entre le romani et le sanskrit, est néanmoins dominante. À ce jour, certains groupes de Roms se sont liés à l’Égypte – par exemple, les soi-disant Égyptiens de Macédoine et du Kosovo (quelques-uns d’entre eux vivent dans les régions les plus au sud-ouest de la Bulgarie) et d’autres.

L’aire initiale d’implantation des Roms était les Balkans, et au 14e siècle (selon certains au 12e siècle), des traces écrites de leur présence dans la péninsule ont été notées. Beaucoup appellent les Balkans “la deuxième patrie des Tsiganes”, et la langue romani – “langue indienne balkanisée” (Pamporov, “Les Tsiganes dans l’Empire ottoman”). Progressivement, ils ont commencé à s’installer en Europe occidentale, occupant un large périmètre de population, acceptant les spécificités culturelles (linguistiques, religieuses, rituelles) de la communauté dominante dans l’unification territoriale, tout en préservant leur patrimoine culturel. Pendant l’année de la domination ottomane en Bulgarie, les Roms ont coexisté avec les citoyens ottomans.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Roms ont été persécutés dans les camps de la mort. Près de 19 300 Roms ont été tués dans le camp d’Auschwitz-Birkenau. Selon les données de différentes études, les victimes de ce génocide sont entre 250 000 et 500 000 Roms. En romani, ce génocide est appelé Poraymos et la mémoire des victimes est célébrée à l’occasion de la Journée internationale des Roms, le 8 avril.

L’époque du socialisme bulgare (1944-1989) est celle des changements positifs et négatifs dans la vie des Roms en Bulgarie. À cette époque, les groupes roms qui avaient toujours un mode de vie nomade – se déplaçant d’un endroit à l’autre, construisant des maisons temporaires (appelées catuns) – ont été régularisés en 1958 par un décret du Conseil des ministres “pour régler les problèmes de la population tsigane en Bulgarie”. Il interdit “l’errance et la mendicité” et tous les citoyens sont tenus de “s’occuper d’un travail socialement utile et de travailler selon leurs forces et leurs capacités”. La plupart des Roms dont la génération a vécu cette période s’en souviennent avec beaucoup de nostalgie – quand ils avaient tous du travail, étaient mieux éduqués, vivaient dans de meilleures conditions de logement et avaient de meilleures relations avec leurs voisins et les Bulgares, en particulier. Après les changements survenus en 1989 avec l’effondrement du socialisme, la situation a radicalement changé, non seulement pour les Roms, mais aussi pour tout le pays. Des séparations et des divisions au sein de la communauté ont commencé à se produire, touchant les Roms, les Turcs, etc.

Selon un rapport de la Commission européenne, “des millions de citoyens européens d’origine rom font l’objet d’une discrimination permanente (à la fois sur le plan personnel et institutionnel) et d’un isolement social à grande échelle”, ils sont exposés à la pauvreté, au chômage, aux stéréotypes et aux préjugés”. (Yorgova, Lukanova et al. 2011, p. 132) Ils sont considérés par différentes institutions comme un groupe ayant des problèmes sociaux, économiques, culturels, etc. comme une minorité qui n’est pas “bien” intégrée dans la société, ce qui renvoie également aux images des médias. Dans une perspective politique, la spéculation de masse porte sur les Roms en tant que banques de votes – ils sont perçus comme un électorat, que l’on peut acheter pour moins de 10 euros par vote. L’Union européenne a consacré une attention et des ressources particulières à un certain nombre de programmes destinés à améliorer les conditions de vie des Roms. En Bulgarie, le premier programme date de 1999 et a été suivi par le plan d’action national, qui fait partie de la “Décennie pour l’intégration des Roms 2005-2015”. Le dernier programme est basé sur les principes du programme-cadre pour l’intégration des Roms dans la société bulgare (2010-2020) avec des domaines d’action prioritaires dans la sphère de l’éducation, des soins de santé, des conditions de logement, de l’emploi, de la non-discrimination et de l’égalité des chances, de la culture.

 

 

 

Aneliya Avdzhieva, Svetoslava Mancheva

Leave a Reply

Translate »