Matéo Maximoff

(17 janvier 1917 – 24 novembre 1999)

 

Matéo Maximoff (17 janvier 1917 – 24 novembre 1999) était un écrivain français et un pasteur évangélique d’ethnie rom. Ses onze livres ont été traduits en quatorze langues. Né en Espagne, il avait des parents qui avaient émigré de Russie et de France. Sa famille a trouvé refuge en France chez des parents pendant la guerre civile espagnole. Après le début de la Seconde Guerre mondiale, ils ont été arrêtés en tant que ressortissants étrangers et internés pendant des années, comme de nombreux autres réfugiés étrangers. Il s’est installé en France après la guerre et y a fait sa carrière littéraire.

Maximoff est né à Barcelone, en Espagne. Son père était un Rom Kalderash de Russie, et sa mère était une Manouche de France. Elle était une cousine du guitariste Django Reinhardt.

Le père de Maximoff, un rétameur, un métier traditionnel chez les Kalderash, lui a appris à lire, écrire et compter. Il avait aussi beaucoup à lui dire sur la Russie, l’histoire des Kalderash, et les différents Roms et pays. Il est mort quand Maximoff avait 14 ans. Maximoff prit la relève en tant que bricoleur pour subvenir à ses besoins, à ceux de sa mère et à ceux de ses jeunes frères et sœurs. Il a appris à ses frères et sœurs à lire et à écrire.

En 1936, à cause de la guerre civile espagnole, Maximoff, sa mère et ses frères et sœurs quittent l’Espagne pour trouver refuge chez des parents en France. En 1940, après la défaite de la France dans la Seconde Guerre mondiale et l’occupation allemande, les Maximoff ont été arrêtés, soupçonnés d’intelligence avec l’ennemi, comme de nombreux autres réfugiés étrangers. La famille Maximoff a été internée dans un camp pour “espions” pendant 42 jours avant d’être transférée dans un “camp de gitans” à Tarbes. En mai 1941, ils ont été internés dans un camp de “nomades” près de Lannemezan, où les Tsiganes n’avaient pas le droit de voyager et se voyaient retirer leur carte d’identité (permis de conduire) par les forces de l’ordre locales…

Après la Seconde Guerre mondiale, Maximoff s’est installé en France. Il a écrit onze romans, qui ont été traduits en quatorze langues. Il a également produit un livre comprenant des photographies ethnographiques de Roms (appelés “Gitans”) en France.

En 1961, Maximoff est devenu un pasteur évangélique. Il a traduit la Bible en langue romani Kalderash à partir du français, bien que seuls le Nouveau Testament, Ruth et les Psaumes aient été publiés. Plusieurs de ses autres livres ont été publiés en anglais à la fin du XXe siècle, avant sa mort en 1999 en France.

Bibliographie

  • Les anges du destin (1999)
  • Les gens de la route (1995)
  • Routes sans caravanes (1993)
  • Ce monde qui n’est pas le mien (1992)
  • Dites-le avec des larmes (1990)
  • Vinguerka (1987)
  • La poupée de Mameliga (1986)
  • Condamné pour avoir survécu (1984)
  • La Septième Fille (1979)
  • Savina (1957)
  • Le prix de la liberté (1955)
  • L’Ursitoire (1946)