Johann Rukeli Trollmann

Boxeur (1907-1944)

Né à Hanovre en 1907, Trollmann est l’un des onze membres d’une famille rom chiite d’Allemagne. Dès l’âge de huit ans, il s’entraîne aux clubs de boxe “Hannover Heroes”, puis au “Sparta Hannover-Linden”. Parmi les Roms, Johann Trollmann était connu sous le nom de “Rukeli”, un nom dérivé du mot “ruk” qui signifie “arbre” en romain, car il semblait que rien ne pouvait reposer sur le sol.

À l’âge de 21 ans, Trollman est l’un des meilleurs boxeurs poids mi-lourd, il a donc les meilleures chances de représenter l’Allemagne aux Jeux olympiques de 1928. Les officiels allemands ont refusé catégoriquement sa participation parce qu’il avait un style “non allemand”. . Cette décision sera la première d’une série de confrontations entre l’athlète et le système nazi et la politique de purification raciale. Trollmann poursuit son entraînement en passant à la boxe professionnelle, ce qui le fait connaître du public, devenant très connu et aimé des spectateurs. Son entraînement avec passion et ténacité le rend invincible lors des 32 matchs disputés en 1932. Trollman se bat admirablement sur le ring, mais l’idéologie nazie ne peut accepter d’être représentée par un athlète ayant le profil de Trollmann. Alarmés par sa popularité ainsi que par l’augmentation de sa part au box-office, les médias fascistes commencent à le dénigrer et à le qualifier de “gitan du ring”.

En 1933, le titre dans la catégorie des mi-lourds reste vacant. Les décideurs ont décidé de remettre Trollmann sur le terrain. Trollmann décide de se battre et entre en lice pour remporter la ceinture. Il affrontera Adolf Witt le 9 juin 1933. Witt est le favori, surtout parmi les membres du nouveau et puissant parti national-socialiste. Plus qu’un match de boxe, la propagande nazie en fait un match politique dans lequel Witt doit démontrer la supériorité de la race allemande, en jouant le rôle de l’Aryen victorieux. Après cinq rounds au cours desquels il domine son adversaire aux points, au sixième round, un membre du parti d’Hitler ordonne l’arrêt brutal du combat, le jury annonçant qu’il n’y a ni vainqueur ni vaincu, la délibération étant : “pas de décision”.

Effrayées par le tumulte créé par la foule de fans, les partisans de Trollmann qui avaient envahi le terrain de jeu et se battaient violemment contre le jury, la situation injuste créée face à la supériorité évidente de Trollman sur le ring, les autorités révoquent la décision initiale, se voyant contraintes de le déclarer champion. Les témoins présents ont évoqué ce moment troublant où le public a scandé le nom de Trollman pendant de longues minutes, tandis que l’athlète était assis en larmes sur le ring.

L’obtention du titre par Trollman scellerait à jamais son destin. Hitler, admirateur de la boxe, est troublé car le match doit démontrer la suprématie de la race allemande, qui ne peut être vaincue, notamment par les Juifs et les Tsiganes, races qu’il considère inférieures et qui doivent être éliminées. La toute nouvelle Association allemande de boxe, dirigée par le nazi Georg Radamm, considère que le style de boxe de Trollman est “non allemand”, si bien qu’il est déchu de son titre en une semaine. Sa ceinture lui est retirée pour ce que les autorités qualifient de “comportement honteux” et de “mauvaise boxe”. La participation de l’athlète aux compétitions était conditionnée par le changement de style de jeu : “ne pas danser comme un gitan”.

Consolidant son pouvoir sur le sport, le nouveau régime menace de retirer la licence à Trollmann. Contraint de changer complètement sa technique de combat, Trollman comprend qu’ils veulent qu’il soit vaincu, humilié en public, car il ne fait pas partie du style allemand “approprié”. Cependant, le 21 juillet 1933, il accepte d’affronter le célèbre combattant Gustav Eder, mais avant de monter sur le ring, il se teint les cheveux en blond et se couvre le visage de farine pour se “blanchir”. Trollman, menacé de perdre sa licence s’il n’abandonne pas son style de jeu, perd le match, mais fait preuve de courage, défiant le système nazi. Ce fut le dernier match de Trollman dans la boxe professionnelle allemande. En 1935, sa licence de boxe lui est définitivement retirée.

Avec l’exercice de l’autorité du régime nazi, les Sinti se voient attribuer un statut similaire à celui des Juifs par l’interdiction des droits civils, la stérilisation, la déportation dans des camps de travail.Johann Trollman a été contraint de choisir la stérilisation et de divorcer de sa femme non Sinti, Olga Bilda, dans l’espoir de la protéger ainsi que leur fille, Rita

Après un séjour dans un camp de travail, il s’engage en 1939 dans l’armée et combat sur le front, d’où il est renvoyé en Allemagne, où il est blessé. En 1942, il est privé de ses droits de soldat pour des raisons raciales et retourne dans sa ville natale de Hanovre, où il est capturé, arrêté et transporté au camp de concentration KZ Neuengamme à Hambourg.

Reconnu par un arbitre de boxe SS qui lui ordonne d’entraîner les soldats allemands malgré les longues journées de travail atroces et la condition fragile de l’athlète, Trollmann n’est plus que l’ombre de ce qu’il a été.

En 1943, il a été transporté dans un autre camp à Wittenberge. Reconnu par les nazis, il a été forcé de combattre un Kapo SS du camp, Emil Cornelius, et malgré des années de famine et de traitements brutaux, Trollmann a gagné le combat.

Ce devait être la dernière manifestation de Rukeli en tant que combattant. Dans un acte de vengeance, Cornelius tua Trollmann le lendemain, le 9 mars 1944, devant d’autres détenus alors qu’ils étaient emmenés aux travaux forcés. L’un de ses frères, Henry, avait également été tué quatre mois plus tôt à Auschwitz.

Pendant des décennies après la fin de la guerre, ses proches se sont battus pour la reconnaissance des mérites sportifs de Johann Trollman. Ainsi, soixante-dix ans après son titre, la Fédération allemande de boxe professionnelle a remis à sa fille, Rita Vowe, et à son neveu aîné, Manuel Trollmann, la ceinture de champion de Johann Trollman, officiellement reconnu à titre posthume champion d’Allemagne dans la catégorie des mi-lourds.

Durant l’été 2011, un monument à la mémoire de Johann Rukeli Trollmann a été exposé à Hanovre et à Berlin. L’ensemble est un ring de boxe incliné dont l’un des coins s’enfonce dans le sol. Le monument a été appelé “Memorial 9841”, 9841 étant le numéro du prisonnier Johann Trollman.