Doru Dima

(Roumania)

Court profil de leur parcours et de leur motivation à devenir médiateur. Défis rencontrés et surmontés. Conseils aux autres.
Source originale : https://www.vice.com/ro/article/gyzxnj/consilierul-scolar-rom-care-ajuta-copii-saraci-in-romania

“Me sem Rom” (Je suis un Rom) est une rubrique qui contient plusieurs épisodes avec les histoires de certains Roms qui ont réussi dans la vie malgré la discrimination et l’indifférence de l’État roumain. VICE veut montrer ceux qui n’ont pas oublié d’où ils viennent et qui, aujourd’hui, font de leur mieux pour aider les communautés défavorisées dans lesquelles ils ont grandi. Doru Dima a 40 ans et est conseiller scolaire dans deux communautés du comté de Brașov. Son objectif est d’aider les enfants roms à avoir plus d’estime de soi, car il sait combien cela a été difficile pour lui sans encouragement ni soutien. “Sans confiance, vous avez l’impression que vous n’êtes pas bon et que vous ne pouvez pas faire face, alors tout s’effondre autour de vous.” Malgré de nombreux obstacles, Doru a poursuivi ses études après avoir initialement abandonné le lycée. Aujourd’hui, il est sur le point d’achever ses recherches doctorales sur la conversion des Roms au néoprotestantisme. Un phénomène fort présent dans la vie des Roms, mais trop peu analysé. Au fil des ans, Doru a collaboré avec de nombreuses organisations nationales et internationales et a été directeur de programme au Duke of Edinburgh Award, un programme parrainé par le Prince Philip de Grande-Bretagne. Tout cela afin d’aider les enfants des communautés vulnérables, sachant que, statistiquement, un enfant sur deux en Roumanie vit dans la pauvreté. J’ai parlé à Doru de son enfance, de ses études, mais aussi de son travail ces dernières années, dans des communautés trop souvent invisibles pour l’État et la société.

 

VICE : Comment était votre enfance ?

Doru Dima : Je suis né à Baia Mare, j’ai grandi à Ormeniș, à 45 kilomètres de Brașov et j’ai passé une partie de mon enfance à Făgăraș. Quand j’ai commencé à grandir, mes parents me manquaient, j’étais élevé par mes grands-parents et d’un point de vue matériel, je ne m’en sortais pas très bien. J’excellais à l’école, mais personne ne m’encourageait, je n’entendais pas que je pouvais aller loin. Mes grands-parents faisaient le commerce de rue, c’est leur occupation ancestrale. Quand j’ai terminé la septième année, je suis allé au lycée de Baraolt, étant plus proche d’Ormeniș. À cette époque, j’ai été admis au lycée, mais personne ne m’a accompagné, alors à 14 ans, j’y suis allé seul. J’ai échoué à l’admission, mais je suis entré dans un autre lycée à Făgăraș. Bien que j’étudiais bien, j’ai abandonné l’école pendant quelques années. J’en étais tellement contrarié qu’un jour j’ai décidé de terminer mes études. Je me suis inscrit au cours du soir et j’ai obtenu une bonne note au lycée.

 

Étiez-vous déjà adulte ?

Oui, j’étais déjà adulte, je travaillais comme tuteur public, j’étais marié : J’avais 24 ans et elle 20 ans. Et ma femme vient d’une famille de violonistes roms, tout comme moi. Elle non plus n’a pas été encouragée à terminer ses études : bien qu’elle ait terminé le lycée, elle n’a pas passé le baccalauréat. Nous avons décidé ensemble de poursuivre nos études. Je me suis inscrite à la faculté de sociologie, à temps plein. Je faisais 45 kilomètres pour me rendre à l’université. Il y avait des jours où je ne mangeais que des peluches, mais j’étais heureuse de poursuivre mes études. J’ai réussi à me faire découvrir par mes professeurs dès la première année et j’ai remporté le grand prix d’une session scientifique sur la sociologie visuelle. Ensuite, il y a eu l’appréciation des collègues. Un collègue me disait : “Doru, je connais les Roms, mais, excusez-moi, on les appelle des gitans – ce sont les seuls à s’asseoir dans des containers et à cracher”. Ils avaient des préjugés contre les Roms. J’ai obtenu mon diplôme avec une moyenne supérieure à neuf et j’ai poursuivi ma maîtrise en assistance et développement communautaires. J’ai terminé ma maîtrise et je me suis également inscrite à un doctorat.

 

Quel est le sujet, qu’avez-vous remarqué dans les recherches effectuées jusqu’à présent ?

J’ai fait un sondage parmi l’élite rom sur Facebook, j’ai demandé quel sujet serait intéressant et Magda Matache m’a dit que la partie de la conversion des Roms au néo-protestantisme était un sujet non couvert. J’ai beaucoup de parents convertis, surtout des pentecôtistes, alors le sujet m’a fait réfléchir. Je me suis dit que oui, le fait de naître de nouveau – c’est ainsi qu’on appelle la conversion – change la personne, peut faire disparaître le racisme, les préjugés, et les personnes qui passent par cette expérience commencent à apprécier l’éducation, arrêtent de boire de l’alcool, ne sont plus victimes de violence domestique. J’avais quelques hypothèses et c’est là que j’ai commencé le travail. Étant donné que je n’ai pas de littérature spécialisée, la recherche est vaste et j’espère la terminer dans la prochaine période.

 

Sa femme a-t-elle également poursuivi ses études ?

Anca a terminé la pédagogie primaire et préscolaire à l’Université “Babeș Bolyai” de Cluj, à ID, car Andra était déjà née. A l’âge de deux ans, il est allé en classe avec Anca. Maintenant, Andra est un olympien national et international de langue roumaine. Ma femme est une enseignante titulaire à Ormeniș, où elle a commencé comme médiatrice scolaire. Après plusieurs difficultés, il a réussi à enseigner la langue romani à l’école, a fait sa deuxième faculté, romani-latin, et a maintenant des étudiants olympiques nationaux et internationaux en langue romani. Mes camarades d’université me disaient souvent : “Doru, tu n’es pas un gitan”.